Gabon : un fœtus retrouvé dans les eaux de Batavéa

Un fœtus d’environs 5 mois a été retrouvé ce dimanche matin dans les
eaux de la rivière Batavéa, au quartier Akébé, dans le 3e
arrondissement de Libreville.

A Libreville,

Découverte macabre au quartier Akébé, dans le 3e arrondissement de
Libreville. Une femme aurait avorté et jeté un fœtus d’environ 5 mois
dans les eaux de la rivière Batavéa. L’embryon flottant dans le
courant d’eau était encore visible, ce dimanche peu avant midi, à
Akébé.

L’identité de la femme, qui a commis le forfait n’est pas encore
connue, ni les raisons qui expliqueraient cet acte odieux. Dans tous
les cas, susurre-t-on sur place, le respect de la vie est de plus en
plus la chose moins partagée chez les jeunes dames dans la capitale
gabonaise, où on assiste régulièrement à de tels actes ou à l’abandon
des bébés dans des poubelles et autres lieux publics.

« Nos jeunes filles brillent par leur irresponsabilité. Elles n’ont aucun respect pour la vie. Elles sont interpellées régulièrement par le gouvernement et les ONG sur les MST et les grossesses non désirées, mais ne changent pas leur comportement. C’est triste » , a déploré Gervais Obiang, habitant.

Pourquoi ne pas utiliser les préservatifs ou autres moyens de
contraception lors qu’on n’est pas capable d’assumer sa responsabilité
de mère ou de parent ? Interrompre une grossesse de 5 mois est-il
moins couteux en termes de douleurs et de sacrifice que l’achat d’une
capote ? Voici quelques questions que se posaient ce dimanche matin
les habitants du quartier Akébé, estomaqués par la découverte macabre.