Gabon, Offense à Ali Bongo : l’opposant Landry Amiang Washington libre 

Landry Amiang Washington

Après près trois années passées derrière les barreaux, l’opposant gabonais, par ailleurs cyberactiviste, Landry Amiang Washington, poursuivi entre autres pour outrage au président de la République, Ali Bongo, devrait bientôt humer l’air de la liberté.

Accusé d’escroquerie et poursuivi pour les délits d’outrage au chef de l’Etat, appel à l’insurrection par l’entremise des réseaux sociaux, l’opposant gabonais Landry Amiang Washington avait été condamné à 3 ans de prison dont 4 mois avec sursis assorti d’une amende d’un million de francs CFA. Après près de 3 ans passés à la prison centrale de Libreville, la justice a rendu son verdict.

Alors que le ministère public a requis la peine de 10 ans de prison ferme assortie d’une amende d’1 million de FCFA, le juge, rejetant les exceptions soulevées par Landry Amiang Washington, l’a déclaré non coupable du délit d’escroquerie. Pour cette poursuite, il est relaxé au bénéfice du doute. Par contre, le tribunal l’a reconnu coupable du délit d’incitation à la révolte et outrage au président de la République, Ali Bongo Ondimba, le condamnant à une peine de 3 ans de prison, dont 4 mois avec sursis assortie d’une amende d’1 million FCFA.

Le cyberactiviste avait été interpellé en août 2016 à sa descente d’avion à l’aéroport international de Libreville par les éléments de la police des airs et des frontières, avant d’être placé sous mandat de dépôt.