Gabon : Ali Bongo pour chasser les vieux démons


Lecture 2 min.
Le Président du Gabon, Ali Bongo
Le Président du Gabon, Ali Bongo

Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, absent de la scène internationale depuis plus de 18 mois, semble avoir pris l’option de chasser les vieux démons. Comment ?

Le monde entier a encore en souvenir la dernière sortie internationale du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba. Un voyage qui l’avait en effet mené en Arabie Saoudite où le dirigeant de ce pays d’Afrique Centrale devait prendre part à un forum économique. Contre toute attente, Ali Bongo est alors frappé d’un grave malaise : un accident vasculaire cérébral. Nous sommes le 24 octobre 2018.

Sans vouloir prendre de risque le service protocolaire gabonais décide de traiter sur place, en Arabie Saoudite, le dirigeant mal en point. Ali Bongo luttait contre la mort. Un combat âpre, de haute lutte pour la survie, que le dirigeant gabonais avait fini par remporter. Vainqueur de la mort, Ali Bongo devait par la suite livrer un autre combat pour arracher les acquis que lui avait dérobés la maladie, notamment la motricité de ses membres, inférieurs comme supérieurs.

Le roi Mohammed VI à la rescousse

Conscient de la gravité de l’heure, son « frère » Mohammed VI, roi du Maroc remue ciel et terre pour qu’on lui ramène le dirigeant gabonais, chez lui au Maroc, afin qu’il prenne en charge sa délicate convalescence. Surtout qu’elle nécessitait une précaution particulière en rapport avec une rééducation. Ali Bongo est alors évacué sur le Maroc, le 28 novembre 2018. Dès son arrivé, Mohammed VI instruit les forces armées royales de faire le nécessaire pour rétablir Ali Bongo.

L’hôpital militaire de Rabat prend alors en charge le dossier médical du dirigeant gabonais. Ali Bongo est entre de bonnes mains, et cela s’est ressenti quelques semaines après sa prise en charge par l’armée marocaine. En effet, Ali Bongo quittait son fauteuil roulant pour se déplacer en s’appuyant sur une canne. Le dirigeant pouvait alors regagner son pays où l’attendaient Gabonaise et Gabonais. Le chef de l’Etat est rentré triomphal, vainqueur de l’AVC qu’il a farouchement combattu, aux côtés de son « frère » Mohammed VI.

Et depuis le 23 mars 2019, date de son retour définitif au Gabon, Ali Bongo n’a plus effectué de voyage officiel, pour prendre part à un quelconque évènement. L’on apprend, par le canal de Lettre du Continent, que le dirigeant du Gabon devrait retrouver la scène internationale pour les besoins du Sommet Afrique-France prévu du 4 au 6 juin prochain, en France, plus précisément à Bordeaux. Ali Bongo, dont la dernière sortie de ce genre, en Arabie Saoudite, a failli lui coûter la vie, a sans doute en mémoire, ces mauvais souvenirs de Riyad. Lequel passé le Président tentera d’ensevelir. Pour de bon.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter