Forum sur la paix : les dirigeants des pays du Sahel demandent plus de moyens pour lutter contre le terrorisme

Une trentaine de chefs d’Etat et de gouvernement étaient présents au deuxième Forum de Paris sur la paix. Ils ont évoqué, entre autres, les grands défis internationaux et la défense du multilatéralisme de leur patrie. Concernant le continent africain, l’insécurité au Sahel a été particulièrement évoquée.

Au cours d’une discussion publique, les Présidents du Niger, du Tchad et du Mali ont exposé leurs différentes actions dans la lutte contre les actes terroristes. Hormis les mesures militaires, les trois dirigeants ont insisté sur l’importance capitale du développement dans la lutte contre les groupes armés. La pauvreté serait l’élément déclencheur du terrorisme, selon eux.

Idriss Déby Itno, Président tchadien, affirme que leurs différents partenaires ne prennent pas des engagements forts pour soutenir les populations des zones vulnérables. En revanche, son homologue du Niger, Issoufou Mahamadou, affirme que des actions de ce type ont été engagées en ce qui concerne le G5 Sahel. Il reconnaît, cependant, le caractère plutôt insuffisant des moyens.

Il précise d’ailleurs que les chefs d’Etat du G5 Sahel disposent d’une stratégie précise pour contrer les agressions terroristes. Le réel problème est lié à l’application de ces stratégies qui est conditionnée par les moyens qui, hélas, sont limités.

La première autorité malienne ajoute, pour soutenir la thèse du manque de moyens, que les pays du Sahel épuisent leurs budgets nationaux dans les dépenses liées à la sécurité et à la défense. Les trois Présidents, se sentant esseulés et abandonnés, en appellent au sens de solidarité de la communauté internationale.