Fortes rumeurs de défaite de Mugabe au Zimbabwe

De fortes rumeurs circulaient mardi au Zimbabwe sur une éventuelle défaite du président Robert Mugabe lors de l’élection présidentielle de samedi dernier. L’opposition crie victoire alors que les résultats ne sont pas encore tombés.

Les rumeurs ont été renforcées par le retard de la proclamation des résultats officiels du scrutin qui devait survenir 24 heures après la fermeture des bureaux de vote. La Commission électorale du Zimbabwe (ZEC) a expliqué ce retard par le nombre des électeurs qui a fortement augmenté par rapport aux précédentes élections. Environ 5,9 millions de personnes s’étaient inscrites sur les listes électorales pour la présidentielle, les législatives et les locales.

La ZEC est restée silencieuse sur le scrutin présidentiel, demandant à la population de faire preuve de patience car la vérification et le décompte des voix prenaient du temps. « Nous exhortons la nation à la patience pendant que nous effectuons ce processus de vérification méticuleux », a déclaré le président de la ZEC, Lovemore Sekeramayi.

Le MDC a déjà proclamé sa victoire

Le principal parti de l’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) a déjà proclamé la victoire de son candidat, Morgan Tsvangirai.

Concernant les élections législatives, le parti au pouvoir, la ZANU-PF, et le MDC étaient au coude à coude, selon les premiers résultats partiels publiés mardi par la ZEC.

Après le dépouillement des résultats de 131 circonscriptions, la ZANU-PF avait remporté 68 sièges contre 67 pour le MDC. Le MDC, qui avait commencé à célébrer sa «victoire» dimanche, a accusé les autorités de vouloir falsifier les résultats en faveur du président Mugabe.

Un haut responsable du MDC, Tendai Biti, a affirmé que le décompte de son parti indiquait que leur candidat à la présidentielle avait obtenu plus de 60 pour cent des voix. La ZEC a annoncé mardi qu’elle ne pouvait pas donner la date de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle.

Lire aussi :

 Zimbabwe : l’alternance n’est pas au programme de Mugabe