Financement libyen : un carnet qui accable Sarkozy remis à la justice française

Le justice française a obtenu le carnet d’un ancien haut dignitaire du régime libyen de Mouammar Kadhafi, qui détaille trois versements destinés à financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Mediapart a révélé que la justice française a obtenu le carnet d’un ancien haut dignitaire du régime libyen de Mouammar Kadhafi, qui détaille trois versements destinés à financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Ce document, accablant pour l’ex-chef de l’Etat français, a été transmis au juge d’instruction Serge Tournaire et aux policiers de l’Office central de lutte contre la corruption (OCLCIFF) par la justice norvégienne dans le cadre d’une demande d’entraide internationale. Au total, tois versements pour 6,5 millions d’euros ont été effectués. Et Mediapart révèle que ce carnet appartient à Choukri Ghanem, ancien ministre du Pétrole par ailleurs proche de Mouammar Kadhafi. Ce haut dignitaire a consigné dans son carnet le compte-rendu d’une réunion, à la date du 29 avril 2007, où est évoqué le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. Bachir Saleh, directeur de Cabinet de Kadhafi, aurait ainsi assuré avoir transféré 1,5 million d’euros à Nicolas Sarkozy.

Deux autres versements sont détaillés dans ce carnet : un de 3 millions d’euros, envoyé par le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam Kadhdafi, et un autre de 2 millions par l’ex-chef des services secrets intérieurs libyens, Abdallah Senoussi. Au total, ce sont près de 6,5 millions d’euros qui auraient donc été transférés. Le propriétaire de ce carnet, Choukri Ghanem, est décédé il y a plus de quatre ans. Le corps sans vie de cet ancien haut dignitaire a été retrouvé flottant sur le Danube, à Vienne, le 29 avril 2012. Après avoir fait défection durant la guerre menée par la France en 2011, l’ancien ministre du pétrole avait trouvé refuge dans la capitale autrichienne. La police locale avait finalement conclu à une noyade accidentelle.

Mediapart insiste que « de nombreuses zones d’ombres et incohérences continuent d’entourer cette disparition ». L’ancien haut dignitaire avait été retrouvé mort au lendemain de la publication, par Mediapart, d’un document évoquant l’accord des autorités libyennes pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy à hauteur de 50 millions d’euros.

Les juges français enquêtent, depuis avril 2013, sur ces accusations formulées par l’intermédiaire Ziad Takieddine et d’ex-dignitaires libyens. Nicolas Sarkozy a toujours démenti tout financement de sa campagne par le régime de Mouammar Kadhafi. Ces accusations interviennent au moment où un proche de l’ancien Président français, notamment Patrick Buisson, se prépare à sortir un ouvrage dans le quel il décrit Sarkozy adepte de manœuvres, mais aussi de manipulations orchestrées.