Etats-Unis : les 50 ans du Nobel de la paix de Martin Luther King entachés d’émeutes

Alors que les Etats-Unis ont, ce jeudi, célébré le cinquantième anniversaire de la remise du prix Nobel de la paix à Martin Luther King, le pays est en proie depuis plusieurs semaines à de violences manifestations des communautés noires.

Il y a 50 ans, le jeune pasteur Martin Luther King recevait le prix Nobel de la paix, à Stockholm, en Suède, pour saluer son engagement non-violent contre la ségrégation raciale. Un anniversaire qui intervient au moment où la communauté noire des Etats-Unis dénonce les violences policières contre les minorités.

Les Noirs toujours persécutés ?

Lors de la remise du prix Nobel de la paix, Martin Luther King avait prononcé ces mots : « J’accepte le prix Nobel de la paix à un moment où 22 millions de Noirs, aux Etats-Unis d’Amérique, sont engagés dans une bataille créatrice pour mettre fin à la longue nuit d’injustice raciale ». Des paroles qui font toujours écho pour les Noirs-Américains. La communauté noire américaine lutte toujours aujourd’hui contre ce qu’elle considère comme une injustice raciale. En effet, à la suite de la relaxe d’un policier blanc qui avait abattu, en août dernier, Michael Brown à Ferguson, la communauté noire, unie comme un seul homme, est descendue dans la rue afin de montrer sa colère.

Par ailleurs, plusieurs bavures policières ont été mises en lumière ces dernières semaines aux Etats-Unis. Parmi elles, le cas d’un jeune Afro-américain de 12 ans abattu par la police, alors qu’il jouait avec un pistolet à billes. Des actes dont le symbole de la lutte contre la ségrégation raciale aurait sans doute condamnés. D’autant plus que grâce à son célèbre discours « I have a dream », en 1963, les lois « Civils Rights Act » et « Voting Rights Act » qui donnent à tous les Américains les mêmes droits, quelle que soit la couleur de leur peau, ont été promulguées.

Pourquoi en dépit de ces lois, de telles bavures ont encore lieu ? Pour le président du groupe de défense de la communauté noire BK Nation, Kevin Powell, « ces affaires constituent une série de lynchages modernes ». Pour le ministre américain de la Justice, ces affaires sont de « portée nationale et menacent le pays tout entier ».

A quelques années du cinquantième anniversaire de la mort de Martin Luther King, assassiné en 1968, l’injustice raciale est-elle éradiquée ?