Eric Holder, premier africain-américain ministre de la justice

Et de deux ! Le président des Etats-Unis, Barack Obama, va désigner Eric Holder, un Africain-Américain, au poste de ministre de la justice. Une première aux Etats-Unis. Selon un responsable démocrate, l’ancien avocat aurait accepté, mercredi, la proposition de Barack Obama. En tant que ministre de la justice, Eric Holder devra s’attaquer au sujet épineux des libertés civiques et organiser la fermeture du centre de détention de Guantanamo.

Barack Obama inaugure une ère nouvelle. Il va nommer Eric Holder au poste de ministre de la Justice. Ce sera la première fois qu’un Africain-Américain occupera ce poste. Un responsable démocrate a indiqué, ce mercredi, que M. Holder acceptait la proposition du président des Etats-Unis. A 57 ans, cet ancien avocat peut se targuer d’avoir une solide expérience. Diplômé de l’université de Colombia à New York, il a été juge dans un tribunal de la capitale fédérale puis procureur général fédéral de Washington et a même occupé le poste ministre de la justice adjoint de Janet Reno entre 1997 et 2000.

Autre atout, Eric Holder est un partisan de la première heure. Il a participé avec Caroline Kennedy à la sélection du candidat à la vice-présidence pour le ticket démocrate. Une belle manière pour le président des Etats-Unis de le remercier. Mais pour l’heure, rien n’est encore gagné. L’équipe de Barack Obama doit encore effectuer toutes les vérifications nécessaires sur son passé, avant que celui-ci soit effectivement nommé. Il devra ensuite être confirmé par le Sénat.

Le choix du ministre de la justice étant crucial, l’annonce officielle de cette nomination devrait se faire, selon le magazine américain Newsweek, avant celle des secrétaires au Trésor et d’Etat. Cette déclaration intervient alors que le département de la justice est touchée par des scandales qui ont mené à la démission de deux ministres de l’administration Bush. Le Congrès n’a pas terminé son enquête sur cette affaire. Neuf procureurs jugés progressistes ont été limogés en 2006.

La fin de Guantanamo ?

Eric Holder partage la position de Barack Obama sur le programme de lutte contre le terrorisme lancé par Georges W. Bush. Tous les deux veulent inverser ce « cap désastreux » que les Etats-Unis ont été contraints de suivre. En tant que ministre de la justice, Eric Holder devra jouer un rôle éminent concernant la protection des libertés civiles, entamées par le Patriot Act, et dans la fermeture du centre de détention de Guantanamo, où 250 suspects sont encore enfermés.

D’après Newsweek, la seule hésitation que Barack Obama ait pu avoir avant de porter son choix sur Eric Holder était une grâce controversée, délivrée par Bill Clinton en 2001. Selon la chaîne NBC, le pressenti au titre de ministre de la justice aurait soutenu l’ancien président, qui voulait accorder sa grâce à Mark Rich – un homme d’affaires poursuivi pour évasion fiscale et qui s’était enfui en Suisse.

Avec Barack Obama, les Etats-Unis connaissent un tournant. En nommant Eric Holder, ministre de la justice, l’actuel président commence à prouver qu’il peut… et qu’il fait.