Emoi au Gabon : des Français tuent un lycéen et obtiennent la clémence de la justice

6 mois de prison, dont trois avec sursis, et 750 euros d’amende, c’est à ce prix que la vie de Karl Nzenzé a été estimée la semaine dernière par la justice gabonaise. Après une folle course poursuite dans les rues de Libreville, Brigitte et Daniel Jacquier avaient renversé le jeune homme. Après les nombreuses protestations de la famille et de l’opinion publique dénonçant une jusitce à deux vitesses, le couple français devrait subir un nouveau procès.

Notre correspondant à Libreville

Le jeune Karl Nzenzé en classe de terminale au Lycée national Léon Mba, a été percuté fatalement le 17 mai dernier, par le véhicule conduit par Jacquier, alors que ce dernier était poursuivi par son épouse déchainée dans une RAV. Cette dernière l’aurait surpris avec une femme supposée être sa maîtresse.

Brigitte et Daniel Jacquier ont été condamnés jeudi dernier par le tribunal de grande instance de Libreville à six mois de prison dont trois ferme pour avoir tué ce jeune homme dans cette course-poursuite entre la femme passionnée et le mari coureur. Le jeune lycéen de 18 ans, debout sur un trottoir, attendait ses parents à la sortie des classes pour regagner son domicile quand la voiture de l’amant pourchassé l’a fauché

Le tribunal a exigé, outre les trois mois d’emprisonnement ferme, du couple responsable de la mort du jeune Karl Nzenzé, le payement d’une amende de 500.000 francs CFA (750 euros), et a suspendu pour une période de 12 mois leurs permis de conduire.

Au mois de mai, lors de la première audience, le ministère public avait requis, conformément à la loi, 5 ans d’emprisonnement ferme et une amende d’1 million de francs CFA pour l’épouse, et 4 ans pour l’époux avec 500.000 francs CFA d’amende à verser.

Deux poids deux mesures

Le verdict de jeudi dernier a déçu les parents et camarades de Karl qui ont quitté la salle d’audience avant même la fin de la lecture du délibéré. « Nous sommes très déçus par la justice gabonaise. Elle inflige des années de prison aux petits délinquants et fait de la complaisance avec ceux qui tuent les innocents, même s’il s’agit dans ce cas d’un homicide involontaire », a déploré un camarade de lycée du décédé. Le père de Karl pour sa part, a exprimé vendredi toute sa déception au micro de nos confrères de RTN et a regretté la clémence du tribunal envers les coupables.

« C’est injuste et inacceptable. Je pense qu’un tribunal français n’aurait jamais été aussi clément envers un Africain. La loi c’est la loi, il fallait l’appliquer tout simplement », a déclaré un autre jeune Gabonais apparemment très déçu aussi par ce jugement.

Mais selon le quotidien national l’Union paru samedi, le procureur de la République auprès du parquet a décidé hier de faire appel du jugement dans cette affaire du jeune Nzenzé. Le couple français devrait donc rester en prison, a précisé le parquet en attendant un nouveau procès.

Rappelons que le 19 mai dernier, les milliers de camarades de Karl avaient organisé une marche pacifique à Libreville pour demander que la justice soit faite dans cette triste histoire , et marquer à jamais leur amitié à leur camarade et ami disparu brutalement à la fleur de l’âge.