Élection en Tanzanie : comment les partis politiques préparent le scrutin présidentiel

La Tanzanie vibre au rythme des préparatifs des élections présidentielles, législatives et municipales prévue le 28 octobre, selon le calendrier électoral. Désormais la Majorité présidentielle et l’Opposition s’activent pour mobiliser les ressources en vue de remporter ces élections.

A moins de trois mois de la tenue du scrutin électoral, l’ambiance monte d’un cran en Tanzanie. Des tractations entre différentes formations politiques, des messages de mobilisation, de communiqués de presse, nomination et mise en place des quartiers généraux… En tout cas, avec des tactiques différentes, l’opposition et la majorité présidentielle préparent le scrutin électoral du 28 d’octobre avec détermination. En effet, si la majorité peut s’appuyer sur son bilan plutôt « positif » l’opposition, elle, comptera sur ses leaders qui pourraient amorcé les tractations. Décryptage !

Focus sur les préparatifs au sein de l’opposition !

Après plusieurs reports suite au décès de l’ancien Président tanzanien Benjamin Mpaka, le parti d’opposition Chama cha Demokratia (CHADEMA) de Freeman Mbowe et Tundu Lissu a tenu une Assemblée générale le 3 août, en vue de préparer les candidats aux différents postes, dont à la députation, au sénatorial ainsi qu’à la présidence. Dans sa communication, le président de ce parti politique est revenu sur le climat politique marqué par la fragilisation de l’opposition par le régime en place. « Nous avons été opprimés, nous avons été victimes de discrimination, nous avons été fusillés, nous avons été emprisonnés. Maintenant il est temps d’avancer et de changer le système », a déclaré Freeman Mbowe, président de ce parti politique.

De l’autre côté, le parti Alliance for Change and Transparency ( ATC Wazalendo) a procédé à une nomination stratégique, au début de cette semaine. Bernard Membe, ancien ministre tanzanien des Affaires étrangères, a été nommé par le président de ce parti, Zitto Kabwe, au poste de Conseiller général. La nomination de ce fin stratège est un signal fort pour d’autres challengers à la Présidentielle, du fait que Membe a récemment quitté le parti politique Chama Cha Mapinduzi (CCM), après avoir déclaré son intention de défier son ancien « bras droit » John Magufuli.

Dans la foulée, on apprend que le Chama Cha Mapinduzi (CHADEMA) de Freeman Mbowe et Tundu Lissu et Alliance for Change and Transparency ( ATC Wazalendo), deux principaux partis de l’opposition préparent les tractations en vue d’aboutir à une candidature commune à la Présidentielle.

Que fait la majorité présidentielle ?

Le parti politique Chama cha Mapinduzi (CCM) de John Magufuli, au pouvoir depuis le 5 novembre 2015 se présentera avec une longueur d’avance, mais risque de se faire surprendre par l’opposition en cas d’affichage d’un « excès de confiance ». Très critiquée par la Communauté internationale suite à sa politique « autoritaire » et sa « minimisation du danger de la pandémie du Coronavirus », la majorité présidentielle s’appuiera sur la popularité de l’actuel Président, qui semble être aimé par ses administrés. Des sources sur place rapportent que ce parti politique a procédé à la redynamisation des quartiers généraux dans plusieurs coins du pays, dont à Dar es Salam, Zanzibar dans la partie Ouest du pays, et à Mwanza, dans le Nord du pays.

Le scrutin électoral du 28 octobre prochain mettra-t-il fin à la domination du parti politique Chama Cha Mapinduzi (CCM) qui, depuis 1992 remporte tous les scrutins présidentiels ?Affaire à suivre !