El-Béchir quitte le Nigeria pour échapper à la CPI?

Omar el-Béchir a quitté le Nigeria lundi après-midi, où il s’était rendu pour assister au Sommet de l’Union africaine (l’UA). La participation à cette rencontre du Président soudanais qui est sous mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, a fait polémique. De nombreuses voix se sont élevées pour qu’il soit interpellé.

Omar el-Béchir aurait-il rapidement pris la poudre d’escampette pour échapper à la Cour pénale internationale (CPI) ? Recherché par la CPI pour crimes de guerre, le Président soudanais a quitté le Nigeria depuis lundi après-midi, a annoncé ce mardi matin Mohammed Moiz, porte-parole de l’ambassade du Soudan au Nigeria. Ce dernier a toutefois nié tout lien entre le départ du Président soudanais et les demandes d’arrestation dont il fait l’objet. La participation du chef d’Etat au sommet a en effet fait polémique. Plusieurs voix se sont élevées pour qu’il soit interpellé.

Les autorités nigérianes renvoie la faute à l’UA

Les autorités nigérianes ont été directement mises en cause, car le Nigeria est le premier pays à l’accueillir de la sorte depuis qu’il est visé par la justice internationale. Les ONG de défense des Droits de l’Homme ont accusé Abuja de ne pas respecter la signature du traité de Rome. La riposte des autorités nigérianes ne s’est pas faite attendre. Elles ont immédiatement renvoyé la faute à l’Union africaine qui, rappellent-elles, est à l’initiative du sommet. Par conséquent, c’est l’organisation panafricaine qui a convié qui bon lui semble. Seulement, le Nigeria qui est membre de la CPI a théoriquement l’obligation d’arrêter tout chef d’Etat visé par l’institution qui se trouve sur son territoire.

Mais selon Viola Onwuliri, ministre d’Etat chargée des Affaires africaines, qu s’est confié à RFI, « le Nigeria accueille un sommet de l’UA qui, en retour, est responsable des personnes qu’elle invite à ce meeting. Si elle invite des chefs d’Etat et qu’il en fait partie, vu qu’il est là, le Nigeria ne va pas arrêter qui que ce soit. Le Nigeria fait partie de l’Union africaine et n’ira jamais à l’encontre de l’organisation ».

Les ONG de défense des Droits de l’Homme avaient prévu de saisir la justice nigériane pour réclamer l’arrestation du Président soudanais. Elles ont visiblement été devancées par Omar el-Béchir qui n’a pas perdu de temps pour plier bagages…