Décès d’Omar Bongo Ondimba : les condoléances pleuvent

Voici quelques messages de condoléances adressés au chef de l’Etat intérimaire, Rose Francine Rogombé, présidente de la République par intérim, et publiés dans le quotidien l’Union dans sa livraison de ce lundi.

Paul Biya (Cameroun)

Madame le président,

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès du président El Hadj Omar Bongo Ondimba survenu le 8 Juin en Espagne.

Sa disparition fatale est une grande perte pour l’Afrique, et davantage un motif d’immense affliction pour le Gabon qu’il aimait tant et au service duquel il aura consacré plusieurs décennies de sa vie. C’est dire que le peuple Camerounais et moi-même mesurons pleinement l’ampleur du chagrin qu’éprouve le peuple frère gabonais face à cet événement tragique.

Avec la mort du président Omar Bongo Ondimba, disparaît à la fois un homme d’Etat exceptionnel et une grande figure de la scène politique africaine, qui n’a cessé d’œuvrer pour la paix en Afrique et singulièrement pour l’intégration de notre sous région.

En cette douloureuse circonstance, je tiens à saluer la mémoire de l’homme attachant, du Grand Africain et du Sage qu’il était et qui mérite, sans conteste, l’hommage de toute l’Afrique..

J’adresse également à vous-même, à la famille du défunt ainsi qu’au peuple frère gabonais, mes sincères condoléances et celles du peuple camerounais tout entier, auxquels je joins l’expression de notre profonde sympathie..

Veuillez agréer, Madame la présidente l’assurance de ma haute considération.

Abdoulaye Wade (République du Sénégal)

Madame le président,

Je suis très peiné d’apprendre la triste nouvelle du décès de mon ami et frère, le président El Hadj Omar Bongo Ondimba.

Avec la disparition du président El Hadj Omar Bongo Ondimba, le Gabon et l’Afrique perdent un dirigeant émérite et respecté.

Au nom du peuple sénégalais et en mon propre, je voudrais saluer sa mémoire et vous présenter, ainsi qu’à sa famille et au peuple gabonais ami et frère, mes condoléances émues, accompagnées de mes prières ardentes pour le repos de son âme.

Avec mes sentiments de compassion et de solidarité, je vous prie d’agréer, Madame le président, l’assurance de mes hommages distingués.

Joseph Kabila Kabange (République démocratique du Congo)

Madame le président,

C’est avec vive émotion et grande consternation que je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès de son Excellence Monsieur El Hadj Omar Bongo Ondimba, président de la République du Gabon, survenu à Barcelone en Espagne, ce lundi 8 Juin 2009 à 12h30 GMT.

La disparition de ce grand homme d’Etat, qui a su marquer de son empreinte l’histoire de l’Afrique contemporaine, constitue une perte immense, non seulement pour le peuple gabonais, qui lui était profondément attaché, mais aussi pour l’Afrique tout entière, et particulièrement l’Afrique centrale.

Doyen des chefs d’Etat africains, le président El Hadj Omar Bongo Ondimba a joué un rôle important dans la résolution pacifique de bon nombre de conflits armés en Afrique.

Son rôle dans l’intégration régionale en Afrique Centrale est et demeure incontestable.

L’illustre disparu a également été partie prenante de tous les forums sur les grandes questions concernant notre continent et le reste du monde. Au nom du peuple congolais, de son gouvernement, des Etats membres de la CEEAC et en mon nom personnel, je présente au peuple frère du Gabon, à son gouvernement, à la famille éplorée et à vous-même mes condoléances les plus attristées.

En ce moment de dure épreuve, le peuple congolais et moi-même adressons nos prières au très Haut pour qu’il daigne accorder force et courage à l’ensemble du peuple gabonais et qu’il accepte d’accueillir dans son royaume céleste, l’âme de l’illustre disparu.

Veuillez agréer , madame le président, l’expression de ma très grande compassion.

Abdelaziz Bouteflika (République d’Algérie)

Madame la présidente,

C’est avec une profonde émotion et une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès d’El Hadj Omar Bongo Ondimba, président de la République gabonaise.

En cette pénible et douloureuse circonstance, je tiens à vous présenter au nom du peuple et du gouvernement algérien et à mon nom personnel, mes sincères condoléances et vous assure de ma sympathie et de ma compassion fraternelles.

Ses compatriotes et l’Afrique tout entière garderont du défunt président Bongo Ondimba, le souvenir d’un homme qui, par son courage, sa ténacité, et sa clairvoyance politique a su faire triompher la liberté et engager le Gabon sur la voie du redressement et du progrès.

Au-delà de l’éminent homme d’Etat particulièrement attentif au développement des relations algéro-gabonasies, El Hadj Omar Bongo Ondimba restera pour moi le grand frère et l’ami chaleureux que j’avais tant de plaisir à rencontrer et avec qui j’entretenais des liens d’amitié forgés à travers notre histoire commune.

Je vous prie d’agréer madame la présidente les assurances de ma très haute considération.


Zine El Abidine Ben Ali (Président de la République tunisienne)

Nous avons appris avec une profonde tristesse le décès de feu Omar Bongo Ondimba, président de la République du Gabon, doyen des chefs d’Etat jouissant d’un grand respect tant sur le plan africain qu’international.

En rendant hommage à son combat politique en faveur de son pays et du peuple gabonais et aux nombreuses initiatives pour la paix sur le continent africain, nous tenons à exprimer la profonde considération que nous vouons à l’illustre disparu pour sa contribution au renforcement des liens de fraternité et de coopération entre nos deux pays.

En cette douloureuse circonstance, nous vous adressons ainsi qu’à la famille du président et au peuple gabonais frère, en notre nom et au nom du gouvernement et du peuple tunisien, nos sincères condoléances et nos sentiments de compassion et de sympathie , priant le Tout-Puissant de lui accorder son infini miséricorde et de l’accueillir dans son Eternel paradis.


Blaise Compaoré (République du Burkina Faso)

Madame le président, c’est avec une très vive émotion que j’ai appris la triste nouvelle du décès de son Excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba, président de la République gabonaise, doyen des chefs d’Etat africains, survenu le 8 juin 2009 à Barcelone.

La disparition de cette haute figure qui a contribué par son expérience et sa sagesse légendaire au renforcement de la paix, de l’unité et de la solidarité africaine constitue une immense perte pour notre continent.

Je rends hommage à ce grand homme d’Etat dont l’engagement en faveur de la stabilité et du développement de son pays, ainsi que de l’intégration africaine, resteront une source d’inspiration pour les générations présentes et futures.

Le peuple burkinabé garde de cet illustre disparu l’image d’un dirigeant ouvert au dialogue et toujours prêt à s’investir pour le bonheur des autres.

Au nom du gouvernement burkinabé et à mon nom personnel, je présente à vous-même et au peuple gabonais en ces circonstances particulièrement douloureuses , mes sincères condoléances et vous demande d’en faire part à la famille éplorée.

En souhaitant que Dieu Tout-Puissant vous aide à puiser dans les nombreuses qualités de l’homme la force et le courage pour surmonter cette dure épreuve, je vous réitère ma sympathie et vous prie d’agréer madame la présidente, l’expression de ma profonde compassion.

José Manuel Durao Barroso (Ptrésident de la commission européenne)

Madame le président,

C’est avec tristesse et émotion que j’ai appris le décès du président Omar Bongo Ondimbba.

Au nom de la commission européenne et à mon nom personnel, je souhaite rendre un hommage au chef d’Etat et au doyen des chefs d’Etat de l’Afrique.

Le président Omar Bongo Ondimba a su conduire les destinées du Gabon pendant de longues années et était une personnalité du premier plan dans le paysage politique africain.

Le président Bongo Ondimba s’était souvent rendu à Bruxelles auprès des institutions européennes. Lors de la dernière visite effectuée en 2005, le président Bongo Ondimba avait fait le tour d’horizon de la situation dans les pays d’Afrique centrale, région pour laquelle il s’était beaucoup investi.

Son travail de pacification, de stabilisation et d’intégration de la région avait pour objectif l’amélioration des conditions de vie des populations.

La commission européenne formule le vœu d’une transition pacifique dans le respect de l’Etat de droit , conformément au souhait de toute la population gabonaise.

Je vous prie de bien vouloir transmettre nos plus vives et sincères condoléances à la famille du défunt et au peuple gabonais auquel nous adressons l’expression de notre profonde sympathie.

Lire aussi :

Obsèques d’Omar Bongo : plus de 15 chefs d’Etat attendus au Gabon