Cybercriminalité : Chinois et Camerounais Condamnés en Zambie


Lecture 2 min.
Cybercriminalité-Chinois-Camerounais-Condamnés-Zambie
Crédit : 123RF

En Zambie, un tribunal de Lusaka a condamné 22 ressortissants chinois et un Camerounais pour des actes de cybercriminalité. Ces individus ont été impliqués dans des fraudes et des escroqueries en ligne ciblant des citoyens zambiens ainsi que des personnes en Singapour, au Pérou et aux Émirats arabes unis.

L’opération, menée en avril, a permis de démanteler ce que les autorités décrivent comme un « syndicat sophistiqué de fraude sur l’internet ».

Les détails des condamnations

Le tribunal de Lusaka a infligé des peines de prison allant de 7 à 11 ans, assorties d’amendes comprises entre 1 500 et 3 000 dollars, après que les accusés eurent plaidé coupable de fausses déclarations informatiques, d’usurpation d’identité et d’exploitation illégale d’un réseau ou d’un service. Ces peines sévères soulignent la gravité des infractions commises et la détermination des autorités zambiennes à lutter contre la cybercriminalité.

Une enquête sur un réseau sophistiqué de cybercriminels

L’enquête a débuté après une augmentation notable des cas de cyberfraude, avec de nombreuses plaintes de personnes ayant inexplicablement perdu de l’argent sur leurs comptes bancaires ou leurs téléphones portables. En avril, les autorités ont fait une descente dans une entreprise chinoise à Lusaka, arrêtant 77 personnes et saisissant plus de 13 000 cartes SIM, deux armes à feu et 78 munitions.

L’entreprise, Golden Top Support Services, employait de jeunes Zambiens pour utiliser les cartes SIM et engager des conversations trompeuses sur des plateformes telles que WhatsApp et Telegram. Ces dialogues scénarisés visaient à duper les utilisateurs de téléphones portables peu méfiants et à leur extorquer de l’argent. Ali Kingston Mwila, analyste en cybersécurité, a souligné que ce type de criminalité était souvent impuni par le passé, mais cette fois, les autorités ont pris des mesures décisives.

A Lire aussi : Cybersécurité : l’Afrique en première ligne

Déclaration des autorités

Le directeur général de la Commission de lutte contre la drogue, Nason Banda, a déclaré que cette opération avait permis de mettre en lumière l’ampleur de la cybercriminalité en Zambie et l’importance de la coopération internationale pour lutter contre ce fléau.

Mwila a également souligné que certaines questions demeurent sans réponse, notamment le montant total des sommes volées et l’utilisation exacte des armes saisies. Cette affaire a toutefois marqué un tournant dans la lutte contre la cybercriminalité en Zambie, avec une attention accrue sur les mesures de prévention et de répression.

Newsletter Suivez Afrik.com sur Google News