Covid-19 : les écoles restent fermées pour plus de 127 millions d’enfants en Afrique Orientale et Australe

Plus de 127 millions d’élèves de maternelle, du primaire et du secondaire en Afrique Orientale et Australe – qui sont censés retourner à l’école cette semaine – restent à la maison, en raison de l’épidémie de Covid-19. En réponse, l’UNICEF a annoncé un soutien avancé à cette crise de l’éducation sans précédent, tout en plaidant pour la réouverture en toute sécurité des écoles qui respectent les consignes de sécurité.

Dans la plupart des régions du monde, l’apprentissage à domicile a été soutenu par des outils en ligne. Cependant, en Afrique Orientale et Australe, la pénétration d’Internet est limitée – à peine un ménage sur cinq (22%) a accès à Internet, tandis que 84% de la population rurale – où réside la majeure partie des apprenants – n’a pas d’électricité. Par conséquent, l’UNICEF travaille 24 heures sur 24 avec des partenaires pour soutenir l’apprentissage continu par des moyens tels que la radio, les SMS et les documents imprimés.

L’UNICEF a déjà, par le biais de partenaires, soutenu 21 gouvernements avec plus de 5,4 millions de dollars pour l’apprentissage à distance et la préparation à la réouverture des écoles – avec plus de ressources financières en préparation.

Cependant, même avec les mesures alternatives d’apprentissage mises en place par les gouvernements, l’UNICEF et ses partenaires, des dizaines de millions d’enfants ne seront pas atteints. La radio, par exemple, touche environ 53 millions d’enfants, soit quatre sur dix en Afrique Orientale et Australe. Ceux qui ne sont pas atteints sont souvent les enfants les plus marginalisés et les plus vulnérables qui dépendent largement des écoles pour leur éducation, leur santé, leur sécurité et leur nutrition. En effet, les effets secondaires du Covid-19 et des fermetures d’écoles sont sombres: dans l’ESA, jusqu’à 16 millions d’enfants n’ont plus accès aux repas quotidiens essentiels à l’école; et la violence augmente. En mars de cette année, 3 000 appels de plus ont été passés à ChildLine, la ligne d’assistance téléphonique gratuite en Afrique du Sud, que 12 mois plus tôt.

« Covid-19 a déclenché une crise de l’éducation d’une ampleur, d’une durée et d’un impact sans précédent », a déclaré Mohamed M. Malick Fall, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique Orientale et Australe. « Les gouvernements, les entreprises et les parents doivent se rassembler pour garantir des moyens inclusifs, réalistes et évolutifs qui atteignent tous les enfants. Cela a commencé, mais chaque jour qui passe est un autre où les enfants – et leurs communautés – sont privés d’un droit fondamental ».

À cette fin, l’UNICEF se félicite d’un nouveau document d’orientation technique intitulé «Cadre pour la réouverture des écoles», qui fournit une feuille de route pour la réouverture en toute sécurité des écoles et a été rédigé conjointement par le Programme Alimentaire Mondial, la Banque Mondiale, l’UNESCO et l’UNICEF.

« Nous avons tiré de nombreuses leçons difficiles d’Ebola », a déclaré Fall de l’UNICEF, « mais l’une des plus frappantes était qu’après des fermetures prolongées d’écoles, nous constatons une augmentation de l’exploitation des enfants, de la maltraitance des enfants et même des grossesses d’adolescentes; alors qu’il devient plus difficile pour les enfants les plus vulnérables de retourner à l’école. Ce sont ces questions qui doivent être au premier plan des préoccupations des décideurs ».

Distribué par APO Group pour le compte de l’UNICEF Eastern and Southern Africa.