Coup d’envoi du 6ème Festival international de la mode africaine

La 6e édition du Festival international de la mode africaine a officiellement ouvert ses portes ce mardi à Niamey. C’est un Fima « urbain » qui accueillera, jusqu’au 23 novembre prochain, quelque 24 pays représentés. On retrouve au programme des festivités les traditionnels concours de jeunes stylistes et de Top model. La nouveauté vient de la culture Hip-hop qui s’invite aux débats avec un Festival rap pour un pays qui passe pour être le 4e pays du genre après les Etats-Unis, la France et le Sénégal.

Notre envoyé spécial à Niamey

Pathé O, Karim Tassi, Xuly Bet, Colle Sow Ardo, Gavin Rajah, Imane Ayissi ou encore Pepita D, entre autres, et bien évidemment Alphadi, initiateur de l’événement, se sont donné rendez-vous à Niamey pour la 6e édition du Festival International de la mode africaine. En tout, quelque 32 créateurs de mode de toute l’Afrique, de la France et des Etats-Unis se retrouvent pour un Fima « urbain ». Un Fima dont Malamine Koné, le PDG de l’équipementier Airness, est le parrain. La mode, bien sûr, avec le grand défilé, le concours de jeunes stylistes et de Top Model, mais aussi la musique avec un concours Hip-Hop qui couronnera les meilleurs artistes rap du pays.

Le Fima quitte le désert pour la ville. Alphadi, le Prince du désert, « convaincu que l’art ne saurait être sédentaire et uniforme », a préféré cette année et pour toute la jeunesse du pays la capitale au sable des dunes. « Outre le désert et ses merveilles (…), les villes aussi regorgent de la magie et de l’inspiration qui confèrent aux artistes la plénitude de leur rôle (…) En ce sens, nous croyons très fort au combat engagé par la jeunesse, à travers la vague musicale du moment qui est le hip-hop, raison pour laquelle nous l’avons associé à cette 6ème édition. Afin de rendre un hommage mérité à la jeunesse créative et à son art qui (…) interpelle nos consciences d’éducateurs, de formateurs, d’encadreurs, de responsables de l’avenir de cette même jeunesse… », a-t-il expliqué dans son allocution introductive. Il a, par ailleurs, milité comme à son habitude pour l’implantation des industries de la mode en Afrique.

C’est devant un parterre de plus de 500 personnes et une batterie de journalistes nationaux et internationaux, réunis au Palais des sports de Niamey, qu’Alphadi, Malamine Koné, le gouverneur de Niamey, l’ambassadeur de France accrédité au Niger et le ministre de la Culture du Niger, Oumarou Hadari, se sont tour à tour exprimés. Alphadi a, ensuite, tenu à faire venir à la tribune Stomy Bugsy, Kerry James, les Nubians, Anouch et Cheick Mbaw, les artistes têtes d’affiche invités du Fima. On notera l’absence du rappeur franco-malien Mokobé, bloqué à Paris. Face aux disfonctionnements organisationnels dénoncés lors de la précédente édition, en 2005, les organisateurs ont mis un point d’honneur, et pour l’heure avec succès, à rectifier le tir. Tous les ingrédients sont donc là pour un festival haut en couleurs et à la hauteur de ses nobles et grandes ambitions.

Visiter le site du Fima