Côte d’Ivoire, Traque contre Soro : la Cour Africaine prend Ouattara au collet

Le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara

La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) a ordonné la justice de Côte d’Ivoire de suspendre le mandat d’arrêt délivré contre Guillaume Soro, en plus d’exiger la libération des députés, notamment proches de l’ancien président de l’Assemblée nationale actuellement en détention.

L’information a été donnée par Afriksoir, qui précise que le verdict est tombé ce mercredi 22 avril 2020, suite à de longues délibérations. La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), exigeant la libération des députés actuellement en détention, a ordonné la justice ivoirienne de suspendre le mandat d’arrêt délivré contre Guillaume Soro.

Selon le journal, cette décision  une victoire judiciaire et politique importante pour Guillaume Soro face au Président Alassane Ouattara. D’autant que, toujours selon Afriksoir  qui précise que cette décision intervient trois mois après le mandat d’arrêt délivré par la justice ivoirienne, considéré par le CADHP comme « illégal et ne respecte pas les formes juridiques nécessaires ».

Rappelant que les avocats de Guillaume Soro avaient saisi cette Cour basée à Arusha, le journal précise que le président de l’institution, l’Ivoirien Sylvain Oré n’a pas siégé, en conformité aux textes qui régissent l’organisation, du fait que l’affaire concerne son pays. Et donc, le tribunal, présidé par le vice-président Ben Kioko, aurait « jugé toutes ces procédures non conformes au droit ».

Si cette information est avérée, ce serait un véritable camouflet servi au Président Alassane Ouattara, qui, en plus d’avoir poussé Guillaume Soro à la démission, continue de le traquer, en lâchant la justice ivoirienne à ses trousses à travers un mandat d’arrêt international lancé à l’encontre de l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne. A quelques mois de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire.

A lire : Côte d’Ivoire, Mandat d’arrêt contre Soro : Interpol dit « NON » à Ouattara