Coronavirus au Maroc : après Casablanca et Marrakech, Rabat inquiète Mohammed VI

Le roi du Maroc, Mohammed VI

Au Maroc, où l’on dénombre 6 466 cas de contamination au nouveau Coronavirus pour 3 099 guérisons et 188 décès, la ville de Rabat devient un nouveau casse-tête pour le roi Mohammed VI, après Casablanca et Marrakech.

L’évolution de la maladie à Coronavirus se poursuit au Maroc où des villes comme Casablanca et Marrakech semblent mener une compétition pour voir laquelle aura le plus de cas de contamination au Covid-19. C’est la seule compréhension qui peut être faite des chiffres qui grimpent de façon exponentielle. Et voilà que la ville de Rabat qui semble chercher la clé pour retrouver les deux autres.

En tête du classement, la région de Casablanca-Settat totalise 27,3% des cas confirmés à travers le Maroc, soit 1 752 cas d’infection au Covid-19. Elle est talonnée par la région de Marrakech-Safi qui regroupe 18,9% des cas testés positifs au Maroc, soit un total de 1 213 malades. Et voilà que Rabat-Salé-Kénitra, où l’accalmie était jusque-là notée, avec des faibles chiffres de contamination rejoint le duo avec ses 648 cas de personnes infectées.

Si le nombre de personnes guéries au royaume s’élève à 3 099 cas pour 188 décès, les 70 nouvelles contaminations enregistrées par Rabat durant 24 heures inquiètent les autorités sanitaires marocaines, le roi Mohammed VI de surcroît, d’autant qu’il s’agit de la caoitale. A Casablanca, une petite accalmie a été notée avec un nombre de nouvelles contaminations de loin inférieur à ce qui a été noté à Rabat. Puisque la ville a recensé 19 nouveaux cas.

Ce mercredi 13 mai, la région de Marrakech-Safi voit son compteur afficher 1 221 cas de contamination au Covid-19.

La situation du Covid-19 a poussé les autorités marocaines à prendre de nouvelles mesures. Mardi, le ministre marocain de l’Education nationale, Saïd Amzazi, les écoles resteront fermées jusqu’en septembre, ajoutant que les examens du baccalauréat sont maintenus et se dérouleront en juillet et septembre.

Sur un autre registre, le roi Mohammed VI a validé la suspension du chef de l’annexe administrative Ain Chock à Casablanca pour « non-intervention » pour faire appliquer les mesures de l’état d’urgence sanitaire.