Sassou N’Guesso négocie-t-il avec Netanyahou pour accueillir des réfugiés palestiniens ?


Lecture 3 min.
Benjamin Netanyahou et Denis Sassou N'Guesso négocieraient pour envoer au Congo des migrants palestiniens
Benjamin Netanyahou et Denis Sassou N'Guesso

Le gouvernement israélien est-il en pourparlers avec le Congo pour l’accueil de migrants palestiniens ? La réponse est non, assurent les autorités de Brazzaville.

L’avenir de la population palestinienne après le conflit dans la bande de Gaza est au centre de l’attention mondiale. Il est, en effet, fait état de négociations entre Israël et le Congo Brazzaville pour accueillir des migrants palestiniens. Des informations que réfutent les autorités de ce pays d’Afrique Centrale. Brazzaville s’est défendu sur X (ex Twitter).

« Des médias évoquent, sans aucune autre forme de précision, des discussions entre le Congo et le gouvernement israélien pour l’accueil de migrants venus de Gaza. Le Gouvernement dément tout contact avec les autorités de ce pays sur un tel sujet », a précisé Thierry Moungalia, porte-parole du gouvernement congolais. La veille, la RDC avait abondé dans le même sens.

« Rhétorique incendiaire et irresponsable »

Par la voix du porte-parole du gouvernement rd-congolais, Kinshasa a déclaré qu’il n’y a « jamais eu une quelconque forme de négociation, de discussion ou d’initiative entre notre Gouvernement et le Gouvernement israélien sur le prétendu accueil des migrants palestiniens sur le sol congolais ». Une question vidée par la République Démocratique du Congo. Mais l’inquiétude au plan international se justifie à bien des égards.

Lire : Union Africaine, France, ONU : un appel unanime au cessez-le-feu à Gaza

En effet, Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, deux ministres d’extrême droite ont partagé l’idée d’une réinstallation des Palestiniens hors de Gaza. Des propos que les États-Unis ont condamnés. Selon le porte-parole du département d’État, « cette rhétorique est incendiaire et irresponsable ». Matthew Miller a rappelé que la position américaine est « claire, cohérente et sans équivoque ». Pour Washington, « Gaza est une terre palestinienne et restera une terre palestinienne, sans le contrôle du Hamas et sans terrorisme ».

« Émigration humanitaire » des Palestiniens

En novembre, la ministre israélienne du Renseignement avait déclaré que l’éducation à la haine resterait à Gaza et que la menace de nouvelles attaques contre Israël demeurerait. Gila Gamliel avait émis l’idée d’une « émigration humanitaire » de la population de Gaza. « Au lieu de consacrer de l’argent à la reconstruction de Gaza ou à l’UNRWA en faillite, la communauté internationale peut contribuer aux coûts de réinstallation », avait suggéré l’officielle.

Pour la ministre, cette action allait aider la population de Gaza à « construire une nouvelle vie dans son nouveau pays d’accueil ». Et mercredi 3 janvier, des médias israéliens avaient révélé des discussions secrètes entre des responsables israéliens et plusieurs pays africains. Parmi ceux-ci, le Congo à qui il aurait été fait la proposition d’accueillir des migrants en provenance de Gaza. Et le gouvernement du Congo a démenti toute implication dans des négociations avec les autorités israéliennes. Surtout s’agissant d’accueillir des migrants palestiniens.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter