Championnats du monde d’athlétisme : les premières médailles africaines et caribéennes

Les premières médailles des 10e Championnats du monde d’athlétisme, qui ont débuté ce mardi à Helsinki (Finlande), sont tombées dans l’escarcelle de l’Afrique et des Caraïbes. La plus belle performance est à mettre sur le compte des Ethiopiennes, qui ont monopolisé le podium sur 10 000 m.

8689

Deux en or, trois en argent et trois en bronze. Les 10e Championnats du monde d’athlétisme (Helsinki, Finlande, 6-14 août) ont déjà livré leur premier lot de médailles à l’Afrique et aux Caraïbes. Un week-end fructueux, surtout pour l’Ethiopie qui caracole en tête du tableau provisoire des récompenses africaines, grâce à son triplé sur 10 000 m féminin. Ainsi que pour la Jamaïque avec une médaille d’or et une d’argent.

Dibaba Tirunesh, Aderre Berhane et Dibaba Ejegayehu : trois Ethiopiennes pour un même podium, samedi soir sur 10 000m. Tirunesh, avec un chrono de 30’24 »02, devance sa compatriote Berhane (30’25 »41) et sa propre sœur Ejegayehu (30’26 »00) pour un carton plein tout à l’honneur de l’athlétisme éthiopien. Une fierté nationale, tout comme la médaille d’or de la Jamaïcaine Trecia Smith en triple saut mesurée à 15,11 m. Une (bonne) surprise pour les Caraïbes, car cette nouvelle venue dans la discipline ne partait pas grande favorite. Elle devance largement la Cubaine Savigne Yargelis (14,82 m) dans un concours pas vraiment de haute volée. On regrettera l’absence remarquée de la numéro un mondial, la Camerounaise Françoise Mbango Etone, qui, avec ses 15,30m à aux Jeux Olympiques d’Athènes (médaille d’or), aurait sans doute compliqué la tâche de la Jamaïcaine.

Un 100 m caribéen

Epreuve reine de ces Championnats, le 100 mètres homme était l’objet de toutes les attentions. Avec sa maigre quatrième place pendant les qualifications, nombreux sont ceux qui ne donnaient pas cher de la peau de Kim Collins, le tenant du titre (Paris, 2003, 9’98). Mais le ressortissant de Saint Kitts et Nevis (petit archipel des Caraïbes) a su trouver les ressources nécessaires pour arracher le bronze et confirmer son statut international. Avec un chrono à 10’05, il aurait même pu avoir l’argent décroché par le Jamaïcain Frater Michael (10’05). La différence se fera uniquement sur le temps de réaction au démarrage. Tous deux n’ont rien pu faire face à l’impérial Justin Gatlin (9’88). L’Américain, champion olympique à Athènes, enfonce avec classe le clou de sa domination mondiale.

Le Ghana était également ce week-end à l’honneur avec une belle médaille de bronze en heptathlon (200 m, 800 m, 100 m haies, saut en hauteur, saut en longueur, poids et javelot). Simpson Margaret, championne d’Afrique en titre, monte sur le podium à la faveur de ses remarquables résultats au javelot (56,36 m). Loin toutefois derrière les deux superstars de l’heptathlon, la Suédoise Klüft Carolina (or) et la Française d’origine sierra léonaise Eunice Barber (argent). Les deux premières places se joueront dans un mouchoir de poche 6887 contre 6824, contre 6375 pour la Ghanéenne.

Les Antilles françaises ont déploré la contre performance du Martiniquais Ronald Pognon sur 100 m, éliminé en demi-finale. Mais les départements d’Outremer pourront sans doute se consoler avec le podium de Christine Arron ce lundi sur 100 m. Intouchable en qualification, tout le monde s’attend à un sacre mérité de la Guadeloupéenne qui reste invaincue cette année. En fond et demi-fond, ainsi qu’en 3000 steeple, l’Afrique et les Caraïbes devraient encore s’illustrer dans les jours à venir. A surveiller également de près le relais 4×100 m féminin où les Jamaïcaines ont une belle carte à jouer.