Cameroun : le Gouverneur de la Région du Littoral en croisade contre les « microbes »

Microbes
Le Gouverneur du Littoral en guerre contre les "microbes"

En riposte au phénomène des microbes, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, Gouverneur de la Région du Littoral, a tenu le 14 décembre 2022 dans ses services une importante réunion de sécurité.

A l’issue de cette rencontre, les premières résolutions suivantes ont été données par le gouverneur :

– Suspension de la circulation des moto-taxis dans la ville de Douala entre 20h-6h ;

– fermeture des débits de boissons, des salles de jeux et autres lieux de plaisirs dans certains quartiers ;

– interpellation systématique des colporteurs de fake news par les forces de maintien de l’ordre y compris même dans les réseaux sociaux ;

– interdiction du port des machettes, couteaux et tout objet tranchant

Les gens ont été surpris de voir ces petits gangs autrement appelés « microbes », réapparaître dans les rues de Douala, après deux ans de silence et ont regretté l’absence intempestive de la police. En octobre 2020, le phénomène des « microbes », terme emprunté à l’Afrique de l’Ouest pour désigner de petits gangs d’envahisseurs, entache la ville de Douala.

Tension dans la capitale économique du Cameroun

En effet, le mardi 13 décembre 2022, des brigands dénommés microbes, ont investi plusieurs quartiers de la ville de Douala, pour agresser les populations et arracher leurs biens. « C’est le cas au quartier Cité Sic, où, selon des sources, ces délinquants armés d’armes blanches, ont fait irruption, obligeant les fidèles d’une église à vider le lieu. Des cas similaires ont été signalés à Cacao-Barry, Akwa, Beedi, Bonapriso, Makea, Bonamoussadi, Bessengue, Makepe, New-Bell, où les populations ont barricadé leurs domiciles plus tôt que prévu ».

Selon un témoignage donné par un agent de police, ceci fait suite aux « vives altercations entre policiers et jeunes du quartier Makea, le lundi 12 décembre à l’hôpital Laquintinie, relatives à la garde du corps d’un jeune dudit quartier, abattu vendredi dernier par la police, au cours d’une interpellation de dealers de drogue, la tension est montée dans la capitale économique ».

« La décision du gouverneur est trop sévère »

« J’entendais seulement parler de ces petits bandits, âgés de 12 à 19 ans, surnommés les « microbes ». Armés de poignards, de machettes et de gourdins, ils n’hésitent pas à blesser, à piller, à braquer les commerces… À l’annonce de leur arrivée, le 13 décembre dernier, nous nous sommes enfermés dans une cave. Moi, je trouve la décision du gouverneur est trop sévère, quand nous savons qu’il y a très peu de taxis dans la ville de Douala, et les populations sont obligées d’emprunter les moto-taxis, malgré leurs nombreux cas d’accidents/décès. De l’autre côté, ce n’est qu’en soirée que les tenanciers des débits de boisson font la recette. Sans cette recette, ils ne pourront ni payer les impôts, le personnel, régler les factures d’eau et d’électricité… A cela, s’ajoute la période des fêtes de fin d’année, avec les mouvements des populations », déclare un habitant.

« Je proposerais plutôt que, le cordon de sécurité soit renforcé dans la capitale économique du pays en période de fête de fin d’année et en dehors », a-t-il ajouté.