Cameroun : la privatisation annoncée pourra-t-elle redresser la Camair-Co ?

Maintenant que tous les signaux sont au rouge, les autorités camerounaises ont décidé de passer à la vitesse supérieure, en optant finalement pour la cession des parts majoritaires de Camair-Co à un opérateur privé. C’est le principal point qu’on peut retenir dans une correspondance adressée le 14 juillet 2020 au Premier ministre (PM), Joseph Dion Ngute, par le secrétaire général de la présidence de la République (SG/PR), Ferdinand Ngo Ngoh.

En voici la teneur. « Le chef de l’État demande au Premier ministre, chef du gouvernement, d’élaborer en urgence, en collaboration avec le ministre des Transports, le ministre des Finances, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Camair-Co et la CCAA (Autorité aéronautique), un plan de restructuration, de relance et de développement de la compagnie, dans l’optique d’ouvrir son capital social à hauteur de 51% à un partenaire stratégique privé, conformément à l’article 5 du décret du 11 septembre 2006, portant création de la Camair-Co ».

Depuis plusieurs années, la compagnie camerounaise connaît une situation financière plus que délicate, entraînant plus de quatre mois d’arriérés de salaire et une partie de son personnel, soit 250 agents, en chômage technique. La société traîne une ardoise de 110 milliards de FCFA (167,6 millions d’euros), des pertes financières d’environ 126,2 milliards de FCFA (192 millions d’euros), un capital propre inférieur à la moitié du capital social qui est 21,8 milliards de FCFA (33 millions d’euros). Des responsables avaient plusieurs fois demandé la privatisation de la compagnie, mais l’Etat avait préféré jouer la carte de la prudence.

Il est important de rappeler qu’en neuf ans d’existence légale, Camair-Co a vu se succéder à sa tête six directeurs généraux. Il s’agit du Néerlandais Alex Van Elk (2010-2013), de son compatriote Matthij Boertien (2013), des Camerounais Frédéric Mbotto Edimo (2013-2014), Jean-Paul Nana Sandjo (2014-2016), Ernest Dikoum(2016-2019)et Louis Georges Njipendi Kouotou qui est le sixième directeur général de la compagnie.

Afin de sortir de la crise, face aux nombreuses difficultés financières, que connaît la compagnie aérienne publique camerounaise, depuis le lancement de ses activités en 2011, l’ultime solution finalement trouvée est l’implication d’actionnaires privés dans la gestion.