Cameroun : 2è édition des Journées de communication sur la sécurité routière : les rideaux se sont baissés !

L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté en mars 2010, la résolution 64/255 qui proclame la décennie, 2011-2020, Décennie d’actions pour la sécurité routière, dont l’objectif est de réduire considérablement le nombre et l’ampleur des accidents de la circulation routière dans le monde.

A date, la sécurité routière continue d’être une problématique mondiale. En effet, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), près d’1,3 million de décès par accident de la circulation surviennent chaque année sur les routes du monde entier, occupant de fait, le premier rang des causes de décès chez les jeunes de 15 à 29 ans.

Au plan national, le président de la République a souscrit à toutes les prescriptions de la décennie d’actions de l’ONU, ce qui à ce jour, a valu à notre pays d’être retenu par l’Envoyé Spécial du Secrétaire général des Nations Unies, pour de la sécurité routière, comme l’un des deux premiers pays africains (Cameroun, Ouganda) devant bénéficier du programme « Road Safety Performance Review », promu par l’ONU pour identifier les axes principaux d’actions pouvant accélérer l’atteinte des objectifs de la décennie.

C’est dans ce sillage que s’inscrit l’organisation des journées de communication sur la sécurité routière, initiative de la fondation Safe Way Right Way Cameroun, qui est un regroupement des entreprises privées œuvrant pour la sécurité routière et partenaire de la première heure du gouvernement du Cameroun dans ce domaine.

En effet, cet évènement, tenu du 22 au 23 novembre 2018 au Castel Hall de Douala, qui est rendu à sa deuxième édition, et auquel ont pris part Monsieur Christian Michel ROBERT, Consul général de France à Douala, les autorités administratives, religieuses et traditionnelles, et les opérateurs économiques de tous bords, est une plateforme de rencontre et d’échanges entre les opérateurs économiques, la société civile, les partenaires au développement et les administrations publiques, pour le partage d’expériences et la promotion des bonnes pratiques en matière de sécurité routière.

Selon Monsieur CASO Thomas, Administrateur général de Nestlé, et par ailleurs président de la fondation Safe Way Right Way : « la pratique de la conduite automobile à titre professionnel expose plus aux risques routiers que les voyages à titre personnel ; En plus des décès et des blessures liés au phénomène des accidents, les entreprises enregistrent dans les cas malheureux, la perte de l’outil de travail allant jusqu’à compromettre les ressources importantes de la société. C’est un devoir social, humanitaire et économique pour les acteurs que nous sommes, de contribuer à infléchir la courbe du nombre de tués et de blessés sur les routes que nous empruntons et pour cela : NOUS DEVONS AGIR ! ».

« Au moment où vont de baisser les rideaux sur cette grande fête sur la sécurité routière, souhaiter que les usagers de la route prennent conscience des méfaits causés par le non-respect du Code de la route ; et que rendus au terme de ces travaux, nous nous engagions au respect scrupuleux des règles du Code de la route, pour un Cameroun émergent». Ainsi exhorta MASSENA NGALLE BIBEHE Jean Ernest, ministre camerounais des transports.