Bouteflika retourne en Algérie en fauteuil roulant

Le Président algérien, Abdelaziz Bouteflika, hospitalisé en France à l’hôpital du Val de Grâce pour un accident vasculaire cérébral en avril dernier, a décollé de Paris à 13h30 pour Alger. Il était en fauteuil roulant, selon une source aéroportuaire.

Abdelaziz Bouteflika arrive sous peu à Alger. Hospitalisé pour un accident vasculaire cérébral, en avril dernier à l’hôpital du Val de Grâce, son avion a décollé à 13h30 à l’aéroport du Bourget. Selon une source travaillant à l’aéroport, il était en fauteuil roulant. L’état de santé du chef d’Etat était l’objet de toutes les curiosités. Mais les autorités algériennes ont pris soin peu à peu de verrouiller l’information le concernant. Pour faire taire les voix qui le donnaient pour mort, l’agence nationale algérienne a diffusé des images du dirigeant sans le son, le 12 juin dernier à l’hôpital des invalides.

Communication verrouillée

Dans l’opposition algérienne, plusieurs voix se sont élevées contre le manque de communication de la Présidence sur l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika. La sortie médiatique en mai dernier du leader du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrezak Mokri, qui venait d’être élu à la tête de cette mouvance, a fait mouche : « Nous souhaitons, du point de vue éthique, un prompt rétablissement au Président, mais nous demandons plus de transparence. Nous sommes pour le respect de la Constitution, des délais et des échéances. Nous sommes contre une transition illégitime. » « Qu’on nous montre le Chef de l’Etat et on sera heureux », a-t-il renchérit, affirmant dire tout haut ce que le peuple pense tout bas.

Pour éteindre l’incendie, le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, s’est empressé de multiplier les déclarations rassurantes sur l’état de santé du Président pour rassurer les Algériens : « Je voudrais rassurer nos concitoyens sur l’état de santé de Monsieur le président de la République. Après avoir subi des examens médicaux à l’hôpital Val de Grâce de Paris, le président de la République, dont le pronostic vital n’a jamais été engagé et qui voit son état de santé s’améliorer de jour en jour, est tenu, sur recommandation de ses médecins, d’observer un strict repos en vue d’un total rétablissement. » Un rétablissement supposé qui fait Bouteflika a quitté ce mardi la France, en fauteuil roulant, pour l’Algérie.

Affaibli depuis de nombreuses années par son état de santé, la succession d’Abdelaziz Bouteflika est en question. En Algérie on se demande s’il tiendra jusqu’à la fin de son mandat et surtout qui le remplacera…