Bob Maloubier évoque le destin des mercenaires

En mai 1967, dans le sud du Nigeria, les Ibo proclament leur indépendance et baptisent leur province « Biafra ».
Le gouvernement nigérian met aussitôt en place un blocus. Débute une guerre civile qui va durer deux ans
et demi et provoquer la mort de plus d’un million de personnes. Ce premier conflit « médiatique » est raconté
ici par ceux qui l’ont vécu : leaders biafrais, conseillers français, militaires et médecins.

histoire-2.jpgNé en 1923, membre des services secrets anglais pendant la guerre, il participe à la fondation
du service action du SCDECE (services spéciaux français) en 1947 et de l’unité « nageurs
de combat » en 1952. Successivement forestier et responsable de la garde présidentielle au Gabon,
il devient pétrolier à la Shell puis chez Elf. Pendant la guerre du Biafra, il est en poste à Lagos,
capitale du Nigeria.

l évoque ici Elf, ses relations avec les services secrets et l’enjeu géopolitique
du conflit biafrais. Dans un Nigeria très peuplé, que de Gaulle appelait « l’éléphant de l’Afrique » et
que les petits pays francophones voisins considèrent comme une menace, le souci principal de
la compagnie pétrolière est, par intérêt économique, de préserver sa neutralité durant un conflit
dont l’issue lui paraît inévitable.

La victoire de la Fédération est inéluctable, d’autant que le
pouvoir central est soutenu par les Britanniques et les Soviétiques. Bob Maloubier évoque le destin
des mercenaires et livre sa vision du conflit qui, pour lui, n’avait rien d’un génocide et se résumait
à une rébellion, médiatisée par les Français dans sa dimension sentimentale…

Diffusion : 10h05 , 22h00

Jeudi 1er janvier 2004

Chaîne Histoire

Visiter le site pour les rediffusions

www.histoire.fr