Aurore Kassambara veut courir pour le Mali

Avec un chronomètre de 13 secondes 38 sur 100 mètres haies et de 23 secondes 69 sur 200 mètres, la Franco-malienne Aurore Kassambara est dans le sillage de meilleures sprinteuses françaises. Pourtant, à 22 ans, elle envisage de porter les couleurs du Mali, la patrie de son père. Rencontre.

Le Mali, le pays des Aigles, tient peut-être enfin sa championne d’athlétisme. Sociétaire du Racing club de France (RCF) depuis 5 ans, championne de France 1998 de 60 mètres haies, Aurore Kassambara n’exclue pas pour les prochaines années d’endosser le maillot du Mali lors des grands rendez-vous africains et mondiaux.

Afrik : On vous connaît très peu et pourtant vous êtes une des valeurs montantes de l’athlétisme français. Parlez-nous un peu de vous …

Aurore Kassambara : J’ai 22 ans et je fais de l’athlétisme depuis 9 ans. Ma spécialité est le 100 mètres haies, sinon, depuis une année, je flirte avec le 200 mètres où je suis classée 6ème meilleure française. Sur le plan familial, mon père est Malien et ma mère est originaire de Marie-Galante (Guadeloupe). Je suis née en France et j’ai toujours vécu à Paris, dans le 13ème arrondissement.

Afrik : Vous connaissez en fait très peu l’Afrique ?

Aurore Kassambara : Je n’ai été que deux fois en Afrique. En 1997, au Mali, à la rencontre de mes grands-parents paternels, et plus récemment au Sénégal pour un stage au Centre régional d’athlétisme de Dakar (CIAD).

Afrik : Comment êtes-vous rentrée dans le cercle du sport ?

Aurore Kassambara : C’est un enseignant de sport à l’école primaire qui a très décelé chez moi des qualités de sprinteuse. Je courais aussi vite, voire plus vite, que les garçons de ma classe. J’ai été orientée par la suite vers des clubs. D’abord au Paris université club (Puc) et puis au RCF. J’y suis depuis 5 ans. C’est l’un des meilleurs clubs de France. L’encadrement est personnalisé et le suivi bien assuré.

Afrik : Quel est votre palmarès ?

Aurore Kassambara : J’ai été championne de France de 60 mètres en salle en 1998. Plusieurs fois vice-championne de France de 100 mètres haies. Sur 200 mètres, je fais partie du cercle des six meilleures en France.

Afrik : Quelle est votre spécialité le 100 mètres haies ou le 200 mètres ?

Aurore Kassambara : J’ai une préférence pour les haies. Ma première discipline reste le 100 mètres haies. Sur 200 mètres, je m’amuse juste un peu, parce que parfois ça devient lassant de faire tout le temps la même chose. Ce n’est que cette année que je me suis mise sur le 200 mètres. J’ai fait un temps chronométrique de 23 secondes 69. Mon entraîneur a trouvé cela formidable.

Afrik : Quelles sont vos concurrentes françaises sur les haies ?

Aurore Kassambara : Elles sont nombreuses : Patricia Girard, Linda Ferga, Haydy Aron, Nicole Ramalalanirima, Fanny Gerance, Reïna-Flor Okori, Natacha Casy, Patricia Buval, Adriana Camalle. Vous savez, la France a l’une des meilleures écoles de courses de haies.

Afrik : Qu’est-ce qui vous manque pour rivaliser avec les meilleures ?

Aurore Kassambara : Le travail. Il me faut travailler plus, m’investir plus. 5 séances d’entraînements par semaine, c’est très peu pour espérer battre Gail Devers (Championne du monde et olympique de 100 mètres haies, ndlr). Avant, j’avais à la fois le sport et mes études à assurer. Je viens de terminer ma maîtrise en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) et je pense disposer maintenant de plus temps pour m’améliorer.

Afrik : Quelles sont vos qualités ?

Aurore Kassambara : Une bonne vitesse de base, de bons gestes sur les haies et une bonne endurance. Sur le plan humain, la persévérance, la volonté, l’envie de faire toujours plus et mieux.

Afrik : Pensez-vous courir un jour pour le Mali ?

Aurore Kassambara : J’aimerais bien le faire. On me l’avait proposé, il y a quelques années mais à l’époque, je courais pour la France. Je pense que maintenant c’est faisable.

Photos

Aurore Kassambara



Aurore et son entraîneur Kety Cham



Aurore à l’entraînement.