Attentats : originaire d’Algérie, le fabricant de faux passeports extradé

La justice italienne a autorisé l’extradition vers la Belgique de l’Algérien Djamal Eddine Ouali, arrêté il y a six jours et soupçonné d’appartenir à un réseau de faussaires de documents utilisés par les auteurs des attentats de Paris.

La Cour d’appel de Salerne, au sud de l’Italie, où l’homme a été arrêté samedi dernier en vertu d’un mandat d’arrêt européen, a pris sa décision. Elle a autorisé, ce vendredi 1er avril 2016, l’extradition vers la Belgique de l’Algérien Djamal Eddine Ouali, soupçonné d’appartenir à un réseau de faussaires de documents utilisés par les auteurs des attentats de Paris.

« Nous présenterons un recours devant la Cour de Cassation et il est probable que le parquet le fasse aussi », a déclaré à la presse son avocat commis d’office, Me Gerardo Cembalo, devant la presse. Le parquet avait effectivement demandé à la Cour une suspension de 60 jours de l’extradition en raison de l’existence d’une enquête pénale en Italie contre Djamal Ouali.

Selon la police italienne, le nom de Djamal Eddine Ouali était apparu la première fois lors de perquisitions effectuées en octobre 2015 à Saint-Gilles, une banlieue de Bruxelles. Un millier de photos numérisées avaient alors été saisies dans un repaire de faussaires. Parmi elles auraient figuré celles de trois terroristes qui appartenaient au groupe ayant planifié les attentats du 13 novembre dernier à Paris.