Attaques d’AQMI : le Maroc dépêche des enquêteurs en Côte d’Ivoire

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a accepté la proposition du roi du Maroc, Mohammed VI, d’envoyer une équipe du Bureau central d’investigation judiciaire pour enquêter sur place après l’attentat de Grand Bassam revendiqué par Al-Qaida au Maghreb islamique.

A la suite de l’attaque d’une station balnéaire de Grand Bassam, près d’Abidjan, revendiquée par AQMI, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a accepté la proposition de Mohammed VI d’envoyer une équipe du Bureau central d’investigation judiciaire pour enquêter sur place.

Selon Yabiladi, le Maroc tient à aider l’un de ses principaux partenaires politiques et économiques de la région. Après l’Europe, les services de renseignement marocains s’attaquent aux actes terroristes commis par des groupes radicaux sur le continent africain. La Côte d’Ivoire constituera la première étape de cette nouvelle stratégie. Dimanche soir, le Président Alassane Ouattara a accepté la proposition du roi Mohammed VI d’envoyer une équipe du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ). Elle participera à l’enquête sur la fusillade survenue, dimanche 13 mars, dans la station balnéaire Grand-Bassam, près d’Abidjan, indique le cabinet royal dans un communiqué.

Il faut signaler que le Maroc est devenu un acteur majeur dans la lutte contre le terrorisme dans le monde. Un regard dans le rétroviseur nous renvoie aux attentats qui ont frappé la capitale française, le 18 novembre dernier. Les services de renseignements marocains, outre le fait d’avoir aidé la France et la Belgique à déjouer des attentats sur leur sol avaient permis de neutraliser le cerveau prévu de ces attentats qui avaient fait 13 morts et 350 blessés.