Algérie, Pornographie : le blocage des sites en question

En Algérie, la question du blocage des sites pornographiques revient au devant de la scène avec notamment la soumission du projet de loi sur la poste et les télécommunications au débat à l’Assemblée Populaire Nationale (APN).

En Algérie, la question du blocage des sites pornographiques revient au devant de la scène avec notamment la soumission du projet de loi sur la poste et les télécommunications au débat à l’Assemblée Populaire Nationale (APN).

Les sites algériens, dont Observ’Algérie, indiquent que le blocage des sites pornographiques est revendiqué par plusieurs députés de la chambre basse du parlement. Comme prétexte, l’objectif de « protéger la jeunesse algérienne des dangers d’internet », les amendements ont été introduits par des députés d’obédience islamiste.

L’actuelle ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Houda Imene Feraoune, avait abordé la question, en 2015. Elle a plaidé pour un dispositif législatif qui pourrait permettre à sa tutelle d’agir dans ce sens. Selon Observ’Algérie, la même ministre a été déjà accusée de censurer un site d’information pendant plusieurs semaines sans passer par la justice, contrairement à des sites internet appartenant au mouvement indépendantiste Kabyle de Ferhat Mehenni.

Par ailleurs, expliquent les sites algériens, les députés revendiquent également l’arabisation totale des chèques d’Algérie Poste en application de la dernière révision constitutionnelle du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. En clair, il est question de supprimer la langue française présente sur les chèques imprimés par Algérie Poste.

« Les deux projets de lois étaient prêts à être votés pour la fin de l’année, mais en raison des vacances de fin d’années, on ne voulait pas les faire passer sans le quorum. Ça sera voté dans les deux ou trois semaines à venir » a déclaré, lors de son passage ce dimanche à la radio Chaîne 3, la ministre des PTIC, qui a ainsi démenti les retraits des deux projets de lois sur la poste et les télécommunications et sur le commerce électronique.