Afrique du Sud : Julius Malema mis en examen pour blanchiment d’argent

L’ancien leader des jeunes de l’ANC, Julius Malema, a été inculpé ce mercredi par le tribunal de Polokwane de blanchiment d’argent.

Accusé de blanchiment d’argent, Julius Malema a comparu mercredi 26 septembre devant le tribunal de Polokwane, sa ville natale. A la demande de ses avocats, le tribunal a accepté de le laisser en liberté contre une caution de 10 000 rands (1 000 euros). L’ennemi numéro un du président sud-africain Jacob Zuma s’était rendu à la police de Polokwane suite au mandat d’arrêt lancé contre lui vendredi dernier.

La police et le fisc enquêtent depuis plusieurs mois sur son train de vie luxueux, notamment sur les moyens qui lui ont permis de s’enquérir d’une ferme, de sa maison dans le quartier huppé de Standton ou encore d’une grosse berline. Il est également accusé d’enrichissement personnel en lien avec des marchés publics.

Malema fustige

Le célèbre agitateur politique, connu pour sa haine contre l’ancien système de l’apartheid, réfute l’ensemble des accusations portées contre lui. Son entourage dénonce une tentative d’intimidation visant à faire taire Julius Malema. D’autres personnes ont été inculpées mardi dans la même affaire de fonds publics et laissés en liberté sous caution. Le tribunal examinera le dossier dans plusieurs semaines.

Le leader déchu de l’African National Congress (ANC, ancien parti au pouvoir) s’adonne, surtout depuis son exclusion du parti le 24 avril 2012, à un véritable combat anti-Zuma, pour lequel il était un véritable allié quelques temps auparavant. Au terme d’une longue procédure entamée en été 2011, le conseil de discipline a maintenu sa décision de l’exclure pour avoir provoqué des divisions au sein du parti et d’avoir terni sa réputation.

Lire aussi :

 Julius Malema, le mal aimé de l’ANC

 Afrique du Sud : Julius Malema fait marcher les jeunes de l’ANC