Afrique du Sud : Jacob Zuma encore hué par la foule

Le président de la République d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, s’est fait hué par la foule en colère, ce mercredi, alors qu’il tenait un meeting de l’ANC, le parti au pouvoir, dans une petite ville du nord du pays.

Les signes de mécontentement de la population d’Afrique du Sud à l’encontre de leur Président deviennent de plus en plus visibles. Ce mercredi, Jacob Zuma s’est fait hué lors d’un meeting de l’African National Congress (ANC) le parti au pouvoir, à Malamulele, dans la province du Limpopo, au nord du pays. La population lui reproche de s’être fait rénover une résidence privée avec de l’argent public, à hauteur de 246 millions de rands (16,5 millions d’euros).

Les spectateurs en colère ont lancé des pierres sur des véhicules, rapporte le journal sud-africain City Press, les forces de l’ordre se sont rapidement déployées devant la montée des violences. Les habitants de cette ville ont demandé au Président, qui répondait alors aux questions, d’avoir leur propre municipalité, plutôt que de dépendre d’autorités municipales, basées à 35 km de Malamulele.

« Le problème est maintenant entre les mains de ceux dans lesquelles il est censé se trouver afin qu’il puisse être résolu. C’est ce que nous pouvons dire. Nous ne pouvons pas dire plus que ça », a affirmé Jacob Zuma dont l’impuissance, dans cette affaire, a fait crier la foule.

L’ANC apparaît comme impuissante aux yeux des Sud-Africains

L’actuel président de la République, à l’âge de 72 ans, va se représenter aux élections générales du 7 mai prochain, sous les bannières de l’ANC. Ce parti est largement majoritaire depuis la fin de la ségrégation et l’ouverture du vote aux Noirs. Il a remporté toutes les élections depuis lors. Les affaires de corruption et l’utilisation de l’argent public pour la construction d’une de ses maisons ont attisé le mécontentement, même au sein du parti. L’ANC apparaît comme impuissante aux yeux des Sud-Africains face aux problèmes actuels de chômage, de pauvreté et de corruption qui gangrènent le pays.

En mars denier, un organisme anti-corruption avait ordonné à Jacob Zuma de rembourser les sommes d’argent public dépensées pour les travaux de sa maison. Il avait refusé, prétextant ne pas avoir demandé ces rénovations.

Le Président sud-africain avait été hué en décembre lors de la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela, ainsi que lors d’un match de football amical auquel il assistait entre l’Afrique du Sud et le Brésil, à Johannesburg, en mars dernier.