Abidjan paralysée par des manifestations de protestation

L’ambiance électrique qui prévalait dimanche lors de la réunion du Groupe de travail international (GTI) à Abidjan, s’est généralisée lundi, les jeunes patriotes et les militants de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) ayant posé de nombreux barrages en guise de protestation contre l’une des clauses de cette réunion qui stipule que « le mandat des députés n’a pas à
être prorogé ».

Tout a commencé dans le quartier résidentiel de Cocody où s’est tenue dimanche, la troisième réunion du GTI où les partisans du président Laurent Gbagbo, les jeunes patriotes, ont cassé ou brûlé des véhicules de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et lapidé le cortège du Premier ministre, qu’ils accusent de vouloir fomenter « un coup contre les institutions ivoiriennes » avec le soutien la communauté internationale.

Cette colère s’est ravivée lundi à la lecture du communiqué final de la réunion du GTI dans les journaux.
Ainsi, selon des habitants de Cocody joints au téléphone, les jeunes, très furieux, ont barricadé les grandes artères du quartier, empêchant toute circulation de véhicules.

Pas de réaction des forces de l’ordre

Le mouvement de protestation a gagné toutes les communes
d’Abidjan. Les élèves ont été délogés des salles de cours par les éléments de la FESCI, la Société des transports abidjanais (SOTRA) a fait rentrer ses autobus dans les dépôts.

Les forces de l’ordre, qui n’ont pas réagi pour empêcher la pose des barricades ou l’incendie des pneus sur les voies publiques, se sont déployées aux alentours des cités universitaires et à certains endroits jugés stratégiques, dont la présidence de la République.

Ceux des abidjanais qui ont pu sortir tôt le matin pour se rendre au travail ou pour des courses, ont été obligés de retourner chez eux à pied.

Appel au calme du ministre ivoirien de l’Intérieur

Le ministre ivoirien de l’Intérieur, Dja Blé, a invité l’ensemble de ses compatriotes « au calme et à la sérénité ».

Dans une déclaration lue sur les antennes de la télévision
nationale lundi après-midi, M. Blé a appelé les Ivoiriens à
« accompagner le gouvernement de transition dans la conduite de ses tâches dont la principale, a t-il insisté, est le désarmement et la démobilisation « en vue de l’organisation d’élections libres et transparentes ».

Il a rappelé que le GTI a simplement constaté la fin du mandat des députés au 16 décembre dernier et recommandé que le Premier ministre, en concertation avec le chef de l’Etat, leur confie des missions de promotion de la paix et de la réconciliation, conformément à la feuille de route remise au chef du gouvernement de transition.