100% Cabo love

Collés-serrés, laissez-vous emporter par la musique du Cap-Vert. Destination sensualité pour la compilation  » Cabo Verde Love « . Tout aussi redoutable que le zouk love créole, la présente sélection, même si elle ne sort pas des sentiers battus, ne souffre aucune erreur. On ne lui en demandait pas plus.

Vite fait bien fait. Voilà comment nous pourrions résumer la compilation Cabo Verde Love d’Espace Music Tropica. Comme son nom l’indique, c’est bien de cabo love (équivalent du zouk love) dont il s’agit ici. Et du bon. Car rien n’a été laissé au hasard dans la sélection. Pas de risque donc dans le choix des morceaux qui sont autant de valeurs sûres.

Mais qu’importe. Le principe d’une compilation n’est-il pas de regrouper ce qu’il y a de meilleur ? Personne ne se plaindra, en effet, du fait qu’il n’y ait pas de fausse note sur le disque. Certes, quelques artistes se taillent la part du lion avec deux ou trois titres dans une sélection qui n’en compte que 10. Mais le son est là, indéniablement, pour balayer toute critique.

Chaleur et cadence

Que se soit  » Sofre Mais « ,  » Solidon « ,  » Pa que ama  » ou encore  » Primeiro Vez « , Cabo Verde Love regorge de hits aux cadences impeccables prompts à nous faire danser. A noter la présence d’un intrus de choix sur le disque en la personne de Donando, le plus angolais des Capverdiens, avec le très bon  » Angola Mutilada « .

Dommage qu’aucun effort n’ai été apporté sur la pochette de la compilation qui se contente d’un maigre visuel, suintant un faux romantisme digne d’un Adoras ou d’un Arlequin (romans à l’eau de rose). Le livret est quant à lui réduit à sa plus simple expression. Vous n’y trouverez que les titres des morceaux. Rien de plus. Pas de renseignements sur les différents artistes, pas même un petit texte de présentation générale. Ce qui est loin de desservir un contenu largement à la hauteur.

Cabo Verde Love, Espace Média Tropica, 2003

Pour commander le disque.