22 mai 2018 / Mis à jour à 19:49 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Arabie Saoudite - Tunisie - Conflit
Tunisie, Révolution : Ben Ali, suite et pas fin

La Tunisie a célébré, ce dimanche 14 janvier, le septième anniversaire de la chute de la dictature de Ben Ali. Seulement, une flambée de violences a eu lieu durant les jours précédant cette commémoration.

Ce dimanche 14 janvier 2017, la Tunisie a célébré le septième anniversaire de la chute de la dictature de Ben Ali, après des jours émaillés par une flambée de violences.

La veille de cette commémoration au soir, le Président tunisien, Beji Caïd Essebsi, a annoncé une batterie de mesures, qui a sans doute eu raison de cette grogne sociale. Sans compter les centaines d’arrestations qui ont sans nul doute contribué à faire baisser l’ardeur des manifestants en furie. Un plan d’action en faveur des familles les plus nécessiteuses et applicable dès cette année a été dévoilé. Il prévoit notamment la revalorisation de l’allocation familiale et un accès des couches les plus défavorisées à un logement. Pour sa part, le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a indiqué qu’un effort supplémentaire de 100 millions de dinars (34 millions d’euros) sera consenti pour que l’allocation aux familles les plus pauvres passe de 150 dinars (51 euros) mensuels à 180 (61 euros) ou 210 dinars (71 euros) selon le nombre d’enfants.

Un mouvement de protestation s’est développé à travers tout ce pays d’Afrique du Nord, avec l’entrée en vigueur de nouvelles taxes le 1er janvier 2018. Sept ans après la chute du régime de Ben Ali qui s’est réfugié en Arabie Saoudite, une large partie de la population tunisienne estime avoir gagné en liberté, certes, mais perdu en pouvoir d’achat. Cela est d’autant plus vrai que l’inflation, l’an dernier, a dépassé 6% tandis que le chômage touche en moyenne 15% de la population active et près de 30% des jeunes. En somme, la Tunisie, après avoir tourné la page Ben Ali, semble souffrir des mêmes maux : pauvreté, chômage des jeunes. Le prêt de 2,4 milliards d’euros reçu du FMI n’a visiblement pas résolu le problème.



à la une



afrik-foot