18 mai 2018 / Mis à jour à 19:07 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Mexique - Histoire - Autre Afrik
La minorité oubliée des Noirs Mexicains

Gaspar Yanga était le chef d’une rébellion d’esclaves au Mexique pendant les débuts de la domination coloniale espagnole - Anwar Vazquez

Par Alexis Okeowo

La première ville d’esclaves africains affranchis dans les Amériques ne se trouve pas exactement là où on s’imaginerait - et il ne s’agit pas précisément non plus de celle à laquelle on penserait.

Tout d’abord, elle ne se trouve pas aux États-Unis. Yanga, sur la côte du Golfe du Mexique, est un Pueblito calme fondé par son homonyme, Gaspar Yanga, un esclave africain qui a dirigé une rébellion contre ses maîtres, des colons espagnols pendant la fin du 16ème siècle et a repoussé des tentatives de reprise du territoire.

La deuxième chose qui saute tout de suite aux yeux des visiteurs qui atteignent la place centrale rustique de la ville c’est qu’il n’y a presque pas de noirs parmi les quelques centaines d’habitants qui grouillent au centre de la ville.

À l’image de l’histoire du Mexique même, la majorité de la population afromexicaine de Yanga a été poussée dans les villages ruraux voisins qui se distinguent principalement par leur extrême pauvreté et la peau remarquablement foncée de leurs habitants.

L’indépendance du Mexique de l’Espagne et la nouvelle focalisation sur la construction d’une identité nationale basée sur l’idée de mestizaje, ou du métissage a conduit les AfroMexicains dans l’invisibilité alors que les dirigeants choisirent de ne ni les compter ou ni d’évaluer leurs besoins.

Aujourd’hui, un grand nombre de noirs veulent se battre pour améliorer une éducation et des services sociaux de mauvaise qualité qui sont mis à leur disposition et demandent que la constitution reconnaisse les Afromexicains comme un groupe ethnique distinct,digne d’une attention particulière.

"Les deux races les plus discriminées ici sont les noirs et les autochtones -, mais la discrimination est plus acceptée à l’encontre des Noirs", explique Hemeregildo Fernandez, médecin à Yanga et l’un des rares Noirs qui vivent encore dans la ville. Son bureau est niché dans une rue étroite qui se prolonge sur la place principale, où l’homme rondouillard à la peau brune chaude et aux cheveux poivre et sel reçoit un flot fluctuant de patients.

La majorité de la population noire mexicaine travaille dans l’agriculture, la pêche ou la construction, et si comme Fernandez, certains ont atteint des positions importantes dans les villes côtières, il dit que : "La plupart des Noirs n’ont pas de pouvoir économique."

Beaucoup des Mexicanos negros (noir Mexicains) du pays, comme on les appelle, savent que leurs ancêtres sont arrivés enchaînés sur des bateaux qui ont accosté dans les ports du voluptueux et vaporeux État de Veracruz. Mais ils ne savent pas grand-chose d’autre. En effet, les Afro-Mexicains disent qu’une grande partie de l’histoire des Mexicanos negros n’est pas enseignée ou reste ignorée par le reste du pays. En dehors de Yanga, les Afro-Mexicains revendiquent Vicente Guerrero, qui fut brièvement Président au début du 19ème siècle et qui donna son nom à l’état de Guerrero, comme étant l’un des leurs, ainsi que le révolutionnaire José María Morelos, qui fut exécuté par la Espagnols en 1815.

Les activistes Noirs mexicains estiment la population des Afro-Mexicains à environ 1 million, mais il n’existe aucun chiffre officiel. Plus tôt cette année, ils ont demandé à l’Institut National de la Statistique et de la Géographie d’inclure la population afro-mexicaine comme une catégorie distincte lors du prochain recensement en 2010.

Les statistiques officielles ne reconnaissent pas les Noirs comme groupe ethnique distinct (56 groupes autochtones sont officiellement reconnus, les plus importants étant les Nahuatl et les Mayas, qui dépassent 2 millions d’habitants chacun).

En conséquence, les Afro-Mexicains disent qu’ils ont été exclus des programmes institutionnels et n’ont pas d’identité culturelle.

Le groupe Mexico Negro AC est en train d’établir des liens avec des organisations afro-descendantes similaires en Amérique latine qui ont réussi à obtenir un meilleur traitement.

"Nous ne voulons plus être détenus par des agents de sécurité dans notre propre pays qui disent qu’au Mexique il n’y a pas de Noirs", indique Rodolfo Prudente Dominguez, un militant de Mexique Negro.

Les Afro-mexicains font face à des obstacles considérables. Les stéréotypes existants les dépeignent comme étant heureux de vivre la vie simple à part du reste de la société, et sans intérêt pour l’éducation.

Les bidonvilles entièrement peuplés de noirs près de Yanga manquent d’écoles, et les jeunes migrants avides qui se déplacent dans les grandes villes pour le travail se plaignent de discriminations flagrantes. Un rapport publié à la fin l’année dernière par le Congrès Mexicain indique que près de 200.000 noirs Mexicains résidant dans les zones rurales de Veracruz et Oaxaca et dans les villes touristiques comme Acapulco sont hors de portée des programmes sociaux tels que l’aide à l’emploi, la couverture sanitaire, l’éducation publique et l’aide alimentaire.

La spécialiste de la culture Afro-Mexicaine Luz Maria Montiel admet que les Noirs sont particulièrement marginalisés et exclus, au point qu’il est impossible de trouver une quelconque mention d’eux dans les registres officiels.

Elle soutient pourtant qu’il est peu réaliste de la part des Noirs de rechercher une reconnaissance constitutionnelle. "Il serait impossible de faire une loi pour chacune des populations qui composent notre nation multiculturelle", dit-elle.

Dominguez n’est pas d’accord : "Nous sommes un groupe culturel totalement différent des groupes autochtones et les mestizos de notre pays, avec un mode de vie et des caractéristiques particulières qui ne correspondent pas aux politiques publiques qui sont conçues pour des groupes autochtones."

Alexis Okeowo est une journaliste free-lance basée à Mexico City.

Traduit de l’Anglais par Guy Everard Mbarga



à la une



afrik-foot