15 septembre 2014 / Mis à jour à 22:30 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux
Sao Tome et principe - Guerre
Coup d’Etat à Sao Tomé
Les militaires renversent le gouvernement. L’Etat de Sao Tomé et Principe a été victime, mercredi 16 juillet, d’un coup d’Etat militaire. Le Premier ministre Maria das Neves et d’autres ministres du gouvernement d’Union Nationale ont été pris en otage. L’ancienne colonie portugaise compte parmi les pays les plus pauvres d’Afrique et semble au coeur d’une confrontation d’intérêts politiques et économiques.

Le gouvernement du petit archipel ouest-africain Sao Tomé et Principe a été renversé ce mercredi, par un coup d’Etat militaire. Les événements se sont produits dans la nuit, à 3 heures, alors que le président Fradique Bandeira de Menezes était en visite privée au Nigeria. Le Premier ministre Maria Das Neves, le président du Parlement Dionisio Dias, le ministre de la Défense Fernando Daqua et le ministre des Ressources humaines Rafael Branco ont été pris en otages et sont toujours détenus dans une caserne militaire. Des tirs de fusils et des explosions de grenades ont été entendus dans les rues, mais aucune victime civile n’est à déplorer et le calme semble revenu.

A la tête des mutins se trouve le chef du centre d’Instruction militaire de Sao Tomé, le major Fernando Pereira, connu sous le nom de « Cobo ». Il a convoqué ce matin à 8 heures les membres du gouvernement et les députés au commandement général de la police. On compte parmi les officiels qui s’y sont rendus, le vice-président de l’Assemblée nationale, Carlos Neves, et le vice-gouverneur de la Banque centrale, Eugénio Peirera. Les réactions de la population ne se sont pas faites attendre, et des centaines de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment pour manifester leur soutien aux militaires. Les auteurs du coup d’Etat ont également pris possession de la Banque Centrale, de la Banque Internationale et des stations de radio et télévision, qui ont cessé d’émettre dans la nuit.

Ils ont annoncé dans un communiqué, lu à la télévision nationale en début d’après-midi par un journaliste (entouré par des soldats), avoir créé une Junte militaire de salut national. Celle-ci devrait "gérer la période de transition" avant la tenue d’élections. Les militaires ont affirmé avoir dissous toutes les institutions et organes d’Etat. "Nous allons respecter les principes démocratiques", dit encore le communiqué alors que les rebelles appellent la communauté internationale à ne pas intervenir. Quant au Président, qui se trouve encore au Nigeria, il a déclaré qu’il se rendrait à Sao Tomé dès que l’aéroport serait réouvert.

Controverses politiques et économiques

Les événements de mercredi interviennent quatre jours après la fête qui célébrait les 28 ans de l’Indépendance. Les festivités avaient toutefois déjà été troublées par une rumeur de manifestation condamnée par le gouvernement. L’ex-candidat à la présidentielle Carlos Tiny a rappelé qu’il existe dans le pays « un mécontentement généralisé, alimenté par des rumeurs de manifestations et aggravé par les revendications des militaires ».

Le mécontentement pointe également depuis les récents accords entre Sao Tomé et les Etats-Unis qui spéculent sur la présence de pétrole dans l’île. Les Américains ont en effet renforcé leur présence dans l’archipel par l’intermédiaire des grandes firmes qui espèrent gagner l’exploitation pétrolifère, et également à travers un projet de base militaire à implanter dans le pays. La corruption du gouvernement de Sao Tomé est enfin venue renforcer la polémique.

Le président du Mozambique Chissano a déjà condamné le coup d’Etat et appelé à la restitution de l’ordre constitutionnel le plus rapidement possible. Le gouvernement portugais a quant à lui convoqué une réunion extraordinaire du Conseil permanent de la Communauté des Pays africains de langue officielle portugaise (Palop), et exhorté ces ressortissants à rester chez eux jusqu’à ce qu’une solution politique ait été trouvée. Une précédente tentative de coup d’Etat avait eu lieu en 1995, qui s’était soldée par un échec.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles