13 décembre 2017 / Mis à jour à 07:42 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Kenya - Ecologie - Energie - Environnement - Politique
Kenya : la future puissance éolienne en Afrique
Projet de construction d’un parc éolien au lac Turkana. Le Kenya pourrait bien se doter d’ici à trois ans du plus grand parc éolien d’Afrique. Un projet d’installation de 365 éoliennes pourrait voir le jour au lac Turkana, dans le Nord-Ouest du Kenya, ce qui permettrait de répondre à plus de 20% des besoins énergétiques du pays.

Un consortium de sociétés européennes et africaines a pour projet d’ériger 365 éoliennes sur 165 km² au lac Turkana, dans le Nord-Ouest du Kenya. Le projet évalué à 75 millions de dollars sera financé par des investisseurs privés et par la Banque africaine de développement. Le lieu choisi, marqué par la présence d’une centaine de nomades, est dépourvu de tout réseau de transmission énergétique. Le mouvement des vents à onze mètres par seconde fait de cet endroit un lieu idéal pour installer un parc éolien. Un projet ambitieux pour une région encore peu développé.

Le Kenya se met à l’éolienne

La tente d’un jeune Néerlandais a ouvert la voie à la création du projet. L’homme, venu camper près du lac Turkana, a vu sa tente emportée par le vent. En relatant son expérience à son ami, expert en énergie éolienne, il donne le coup d’envoi à sept années d’études. Le projet prévoit au moins 365 éoliennes dotées chacune d’une capacité de 850 kW pour un total de 300 mW dès 2012. Le projet va augmenter de 30% la capacité de production d’énergie actuellement installée au Kenya et durant les vingt années d’opération du projet, une réduction de seize millions de tonnes de carbone est prévue. Il prévoit également de renforcer 200 km de routes et de ponts afin de transporter les turbines du port de Mombassa sur l’océan Indien jusqu’à Turkana.

Le gouvernement du Kenya a inclus le projet dans son plan de développement d’énergie et a émis une licence de producteur indépendant d’énergie. Le projet semble ambitieux pour une région où les habitants vivent grâce à l’élevage du bétail.

Bouleversement dans la vie des nomades de Turkana

La région est aujourd’hui dépourvue d’électricité, d’eau courante et même d’argent. Le projet va ainsi pourvoir les zones rurales du lac en électricité fiable et à bas prix. Il donnera accès aux crédits de carbone, rendra fonctionnelles les technologies de l’information et de la communication, illuminera les écoles et les centres de santé et créera de nouveaux emplois. Ce qui n’est pas pour déplaire à certains habitants qui estiment que ce projet « va apporter beaucoup de choses positives : un hôpital, des écoles, de l’eau. Aujourd’hui il faut marcher une journée pour arriver jusqu’à l’eau. Quand les gens du projet ont vu qu’on habitait là, ils ont décidé de nous déménager dans un autre site et de nous fournir de l’eau ». En contrepartie d’être déplacées, les populations nomades seront ré-installées à proximité d’un puits qui leur fournira l’eau dont elles ont besoin.

Les travaux devraient débuter lors des prochains mois. Ainsi, le Kenya, dont la géothermie est déjà la deuxième source énergétique, deviendrait le pays le plus écologique d’Afrique.

Lire aussi :

- Les Verts poussent en Afrique

- Énergies renouvelables, le soleil brille sur l’Afrique

- Algérie : Cap sur les énergies solaire et nucléaire



à la une




communiqués

afrik-foot