24 novembre 2017 / Mis à jour à 06:16 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Afrique du Sud - Histoire - Science
Les premiers arcs inventés en Afrique du Sud
La découverte de pointes de flèches vieilles de 66 000 ans marque l’apparition de la technologie de l’arc. Une équipe d’archéologues menée par le docteur Marlize Lombard (Université de Johannesburg), en Afrique du Sud, a découvert les premières preuves directes de l’utilisation de flèches par l’homme. Dans la publication parue dans la revue Antiquity la semaine dernière, on apprend que plusieurs pointes de flèches datées de – 64 000 ans ont été mises à jour dans la grotte de Sibudu à 40 kilomètres au nord de Durban. Des traces de colle, sur les pointes en pierre taillée, montrent qu’Homo sapiens savait déjà à cette époque concevoir des outils complexes.

L’invention de l’arc et la flèche a été un moment clé dans l’histoire de l’humanité. La découverte de pointes de flèches sur la côte est de l’Afrique du Sud par l’équipe du docteur Marlize Lombard repousse de 20 000 ans l’apparition de cette technologie. Ces découvertes qui portent encore des traces de sang et d’os des proies seraient des vestiges d’armes ayant servi à chasser il y a de ça 64 000 ans.

Les analyses microscopiques révélent des traces de sang (à gauche) et des fragments d'os (à droite)
Les analyses microscopiques révélent des traces de sang (à gauche) et des fragments d’os (à droite)

Étant donné que les parties organiques de l’arme comme le bois où l’os survivent rarement à l’épreuve du temps, la déduction d’une utilisation ancienne d’arc et de flèche n’était pas évidente. Ici, les pointes taillées sont bien de forme triangulaire mais ce sont surtout les différents éléments découverts au microscope qui permettent de les identifier comme des flèches. L’examen microscopique des pièces a en effet permis de révéler des traces de sang, d’os et de "colle". La répartition de ces éléments sur les pointes donne des indications sur la manière dont celles-ci ont été utilisées. En localisant les lieux d’impacts sur les pointes et la façon dont elles ont été endommagées, les archéologues ont été en mesure de déterminer qu’elles étaient probablement des pointes de projectiles, plutôt que des pointes de lances tenues en main.

La colle utilisée, une résine à base de plantes, démontre que la pointe était fixée sur une autre structure (probablement du bois). Le tout formait une flèche qui pouvait être projetée avec un arc rudimentaire.

Les hommes de l’époque étaient déjà aussi intelligents que nous

Cette découverte repousse ainsi de 20 000 ans les preuves de l’utilisation de la technologie du lancer de flèches par l’homme. Selon les chercheurs, c’est sans doute à ce moment, il y a 60 000 ou 70 000 ans, que nos ancêtres ont commencé à penser de façon semblable aux humains d’aujourd’hui.

L’utilisation d’une sorte de glue pour coller la flèche sur son support suppose une réflexion préparatoire à la fabrication de l’objet. C’est l’utilisation de cette colle préhistorique qui aurait exigé de suivre plusieurs étapes d’une recette complexe.

Les pointes de fléches retrouvées datent de - 64 000 ans
Les pointes de fléches retrouvées datent de - 64 000 ans

« La présence de colle implique que ces premiers hommes étaient capables de produire des outils composites - outils où différents éléments produits à partir de différents matériaux sont collés ensemble pour faire un artefact unique, » a déclaré le Dr Lombard. « Il s’agit d’un indicateur important, preuve d’un comportement cognitif exigeant ».

Pour la chercheuse, « la chasse avec un arc et des flèches nécessite plusieurs étapes de planification, de collecte de matières et de préparation des outils. Cela implique une gamme de compétences innovantes de communication. Nous sommes convaincus que d’un point de vue cognitif et comportemental, ces hommes préhistoriques étaient semblables à nous ».

Ainsi, dans la continuité de la théorie du berceau de l’humanité africain, l’Afrique pourrait également être le continent où les premières technologies se seraient développées et où les premiers hommes modernes seraient apparus.



à la une




communiqués

afrik-foot