20 août 2014 / Mis à jour à 10:39 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux

Togo - Politique - Election
Togo : la réélection de Faure Gnassingbé confirmée
L’opposition en appelle à la rue. La cour constitutionnelle togolaise a confirmé, jeudi, la réélection du candidat du Rassemblement du Peuple Togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, lors du scrutin présidentiel contesté du 4 mars par l’opposition. Le chef d’Etat sortant, Faure Gnassingbé, est désormais crédité de 60,88% des voix devant son principal challenger, Jean-Pierre Fabre, qui recueille 33,93%.

Notre correspondant au Togo

"Faure Gnassingbé, ayant obtenu le plus grand nombre de voix, doit être déclaré président de la République", a annoncé le président de la Cour constitutionnelle Aboudou Assouma. "Cette proclamation est définitive, et clôt toutes les opérations électorales", a-t-il ajouté lors de la cérémonie officielle de proclamation définitive des résultats du scrutin.

JPEG - 49.6 ko
La Cour constitutionnelle du Togo

Les résultats définitifs

Faure Gnassingbé (RPT) : 60,88%
Jean-Pierre Fabre (UFC) : 33,93%
Yawovi Agboyibo (CAR) : 2,95%
Nicolas Lawson (PRR) : 0,29%
Bassabi Kagbara (PDP) : 0,40%
Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson (CDPA) : 0,65%
Agbéyomé Kodjo (OBUTS) : 0,85%

Par ailleurs, les recours introduits par quatre candidats de l’opposition et celui du RPT ont tous été rejetés par la Cour pour insuffisance de preuves. Les candidats Brigitte Adjamagbo-Johnson de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA), Yawovi Agboyibo du CAR (Comité d’action pour le renouveau), et Agbéyomé Gabriel Kodjo le candidat du parti Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS), demandaient l’invalidation du scrutin pour des « irrégularités constatées ». Le recours du candidat Kagbara Bassabi (Parti démocratique panafricain) exigeait un nouveau comptage des suffrages dans 20 Commissions électorales locales indépendantes (CELI), n’a pas non plus reçu un avis favorable. Celle déposée par Faure Gnassingbé du RPT, qui pointe des « erreurs matérielles relevées à la Céli de Tchaoudjo (ndlr : région au Nord du Togo) et la correction des résultats obtenus dans certains bureaux de vote de la Celi d’Avé (ndlr : sud-ouest du pays) », a également été rejetée.

Au niveau de l’opposition, on ne jure que par la rue pour arracher « la victoire volée ». « Nous appelons de nouveau nos militants à sortir massivement ce samedi pour manifester afin que ce qui nous a été volé, nous soit restitué », a lancé Patrick Lawson, Directeur de campagne de Jean-Pierre Fabre et 1er Vice-président de l’UFC. Samedi dernier, ils étaient des milliers, militants de l’opposition et du pouvoir, à manifester. Les uns, pour célébrer la victoire de leur candidat, et les autres, pour contester la « victoire frauduleuse » du parti au pouvoir.

Le Président Faure Gnassingbé, 43 ans, est arrivé au pouvoir en 2005 après une élection contestée, qui a fait plus de 500 morts selon un rapport des Nations-Unies.


dossier
Le président sortant Faure Gnassingbé entend trouver une nouvelle légitimité en se faisant réélire à la tête du Togo en mars 2010. Mais l’opposition et son principal parti, l’UFC de Jean-Pierre Fabre, met en cause la transparence du processus électoral.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles