26 novembre 2014 / Mis à jour à 15:35 - Paris  Newsletter  Alertes e-mail  English edition  Flux

Madagascar - Conflit - Justice - Politique
Madagascar : Rajoelina s’en prend aux partisans de Ravalomanana
Le porte-parole du président déchu a été interpellé. La guerre des chefs se poursuit. Andry Rajoelina, seul contre tous, défend sa place. Le président de la Haute autorité de transition (HAT) cherche à intimider ses adversaires : Marc Ravalomanana, Albert Zafy et Didier Ratsiraka qui tentent de lui faire de l’ombre. Résultat, il multiplie les arrestations. Dernière en date : Randrianatoandro Raharinaivo, le porte-parole de Marc ravalomanana, accusé d’avoir fomenté les troubles entre la police et les manifestants qui ont fait deux morts et un blessé grave vendredi à Antananarivo.

Le porte-parole de Marc Ravolomanana a été arrêté puis incarcéré, mercredi soir, rapporte Sylvain Ranjalahy, le rédacteur en chef du quotidien malgache L’Express de Madagascar. Randrianatoandro Raharinaivo est accusé d’avoir fomenté des heurts entre les forces de l’ordre et les manifestants. Vendredi, lors d’un meeting non autorisé des trois mouvances politiques dirigées par Didier Ratsiraka, Albert Zafy et Marc Ravalomanana, pro et anti Andry Rajoelina, le président de la Haute autorité de transition, se seraient affrontés faisant deux morts et un blessé grave.

D’après Sylvain Ranjahaly, à l’issue de cette manifestation, la police aurait convoqué les trois représentants des leaders. Mais un seul d’entre eux se serait présenté à la brigade de recherche de la gendarmerie le mardi suivant : Anadrianatoandro Raharinaivo. « Après enquête, il a été placé sous mandat de dépôt ce mercredi », précise le journaliste. Cette arrestation n’est pas la première du camp Ravalomanana depuis vendredi dernier. Selon la Tribune de Madagascar, la sénatrice Naïka Eliane, une proche du président évincé, aurait reçu des coups au moment de son interpellation et a été placée en détention provisoire à la prison de Majakandriana.

En multipliant les arrestations, Andry Rajoelina semble vouloir intimider ses opposants. Mais Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy n’ont pas dit leur dernier mot et compte bien organiser dès samedi un second meeting. La bataille contre l’homme fort de Madagascar ne fait donc que commencer.


dossier
Le président malgache, Marc Ravalomanana, et le jeune maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, ont engagé un bras de fer en janvier 2009. Plusieurs dizaines de personnes ont été tuées au cours des manifestations qui ont émaillé le mouvement de contestation engagé par le maire de la capitale.


à la une




communiqués


en bref




image du jour

dossiers

liens utiles