16 décembre 2017 / Mis à jour à 07:35 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Algérie - Maroc - Diplomatie - Drogue - Vidéos
Algérie - Maroc : une poignée de main sur fond de problème de drogue
Emmanuel Macron, Mohamed VI et Ahmed Ouyahia

Lors du sommet UE - UA à Abidja, le Premier Ministre algérien, Ahmed Ouyahia, a serré la main du roi du Maroc, Mohamed VI, qui devisait alors avec Emmanuel Macron. Cette poignée de main a fait polémique dans les deux pays, obligeant le représentant de l’Algérie à faire une mise au point.

Ahmed Ouyahia a profité du sommet entre l’Union Africain et l’Union Européenne qui s’est tenue à Abidjan pour serrer la main du souverain marocain, Mohamed VI, à qui il a transmis "les salutations du peuple algérien à son voisin marocain (...) J’ai présenté mes salutations et celle du président Abdelaziz Bouteflika à son excellence.

Une poignée de main qui passe mal alors que les relations entre les deux pays sont tendues, le ministre algérien des affaires étrangère, Abdelkader Messahel ayant accusé le Royaume du Maroc et ses institutions de participer au commerce de la drogue. La compagnie aérienne Royal Air MAroc, RAM, vient d’ailleurs de déclarer qu’elle allait porter plainte pour diffamation devant la justice française contre Abdelkader Messahel.

En guise d’explication, Ahmed Ouyahia en a remis un couche dans la polémique, expliquant : « Entre le Maroc et l’Algérie, il n’existe pas de problèmes bilatéraux sérieux. Nous avons des problèmes de drogue, et c’est une réalité, mais il n’y a pas de conflit entre nous (Algérie) et eux (Maroc). Le dossier du Sahara occidental n’est pas un problème entre le Maroc et l’Algérie. C’est un problème entre le Maroc et le Front Polisario ».

Il faut bien avouer que si l’objectif était de remettre de l’huile sur le feu, c’est une réussite.

Coté marocain, on ne nie pas les questions liées au hachich, mais on relève aussi que le problème est à double sens : "Le Maroc est noyé par des psychotropes venus d’Algérie. Le fameux karkoubi dont les effets sont cent fois plus dévastateurs que le hachich traverse les frontières algériennes en des quantités innombrables pour se retrouver à Casablanca et d’autres villes marocaines. Les journaux marocains sont remplis de faits divers liés à la consommation des psychotropes algériens" raconte le 360.ma.



à la une




communiqués

afrik-foot