22 septembre 2017 / Mis à jour à 07:57 - Paris  Newsletter  /    Alertes e-mail  /    English edition  /    Flux
Brésil - Esclavage - Autre Afrik
75% des esclaves emmenés au Brésil étaient Bantus
La conseillère technique en Langues Africaines du Musée de la Langue Portugaise à São Paulo, Yeda Pessoa de Castro a fait ressortir dans une enquête récente que parmi les quatre millions d’individus emmenés de l’Afrique Subsaharienne pour le travail esclave au Brésil, 75% étaient originaires du monde linguistique bantou, c’est-à-dire des territoires situés actuellement en Angola et dans les deux Congos.

Ce contingent bantou, (dont la graphie originale est bantu) qui était de cette ampleur dans la ville de Bahia du 17ème siècle, a selon le chercheur amené le Père Dias à écrire "A arte da língua de Angola"(L’art de langue d’Angola) une grammaire publiée en 1687 à Lisbonne pour instruire les jésuites et faciliter le travail de catéchisme des "25 milles éthiopiens" africains.

La même situation s’est développée selon Yeda Pessoa de Castro dans d’autres régions de l’époque comme Palmares, où le développement d’un parlé de base Congo-Angola est à l’origine de la création de divers toponymes, parmi lesquels ganga zumba, zumbi, dandara, osengo et andalaquituxe.

Pour la conseillère, les apports bantus, comme senzala, mucama et quilombo sont associés au régime de l’esclavage et en même temps intégrés au système linguistique du Portugais, en formant des dérivés à partir d’une même racine bantu, à l’exemple de esmolambado, dengoso, sambista, xingamento, mangação, molequeira et caçulinha. "La constatation de ce fait démontre l’antériorité de la présence bantu et l’amplitude atteinte par sa distribution humaine sur le territoire colonial brésilien, avant d’autres peuples négro-africains également en esclavage", souligne-telle.

Dans certains cas, dit-elle, le mot bantu va jusqu’à remplacer celui de sens équivalent en Portugais. "Par exemple, l’usage de corcunda pour giba, moringa pour bilha, xingar pour insultar, cochilar pour dormitar, caçula pour benjamim, bunda pour nádegas, marimbondo pour vespa, carimbo pour sinete et cachaça pour aguardente".

Du point de vue de la religion, Yeda Pessoa de Castro affirme que les dénominations candomblé, macumba et catimbó sont également d’origine Bantu et représentent probablement les plus anciennes manifestations de religiosités afro-brésiliennes nées pendant l’esclavage, et en conséquence du contact d’orientations religieuses amérindiennes et africaines avec le catholicisme aux débuts de la colonisation.

Yeda Pessoa de Castro

"Ce sont des marques lexicales porteuses d’éléments culturels partagés par toute la société brésilienne et qui démontrent la participation historique de la langue dans la construction du portugais brésilien et la force de son influence sur l’identité brésilienne, du moment que la langue naturelle d’un peuple renforce l’espace de l’identité comme instrument de circulation d’idées et d’information", souligne-t-elle.

La femme africaine, selon Yeda Pessoa de Castro est la base de tout cet engrenage culturel, car sa participation effective à la vie quotidienne du colonisateur, qu’elle servait comme mucama(domestique) et de babá (nounou), lui permettait de participer socio-linguistiquement à deux sociétés différenciées et de les influencer comme une sorte de porte parole entre la casa-grande (la maison des maîtres) et la senzala.

Source : Jornal de Angola

Traduit du Portugais par Guy everard Mbarga

Senzala s. f., Brésil,

Logement des esclaves sur une plantation ;

Angola,

Habitation ou peuplement d’indigènes africains ;

Résidence du soba ;

Mucama

du Quimb. mu’kama, concubine esclave s. f.,

Esclave rendue concubine par le maître ;

macuma ;

Brésil, (sens du texte)

o m. q.

Esclave noire qui aidait dans les services de la maison et servait de compagnie aux membres de la famille de son maître.

Esmolambado

adj., Brésil,

Qui marche vêtu de molambos (Guenilles) ;

Dengoso : Maniéré, prétentieux

Demander, mendier.

mangar

v. int., fam., railler, se moquer ; dédaigner, mépriser

Xingamento : Blasphème, juron

Mangação

| s. f.

Dérivation fem. sing. de mangar

Brésil,



à la une




communiqués

afrik-foot