Zimbabwe : Mnangagwa tente d’apaiser la situation après les fusillades qui ont fait au moins trois morts

Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a appelé à une enquête sur les fusillades d’hier contre contre les manifestants de l’opposition qui crient à la fraude. Mnangagwa souhaite faire retomber la tension dans l’attente des résultats de l’élection présidentielle qui s’est tenue ce lundi.

M. Mnangagwa, qui a lutté pour présenter les élections présidentielles de cette semaine comme libres et justes, a déclaré sur Twitter qu’il avait été en contact avec le leader de l’opposition Nelson Chamisa pour tenter de désamorcer la tension.

« La chose la plus importante pour nous maintenant est d’aller au-delà des événements tragiques d’hier et d’aller de l’avant ensemble« , a déclaré le président. « Nous croyons en la transparence et la responsabilité, et les responsables doivent être identifiés et traduits en justice.« 

Ses commentaires sont intervenus le lendemain de l’arrivée des soldats au centre de Harare, soldats qui ont tiré sur des manifestants du Mouvement pour le changement démocratique, un mouvement d’opposition convaincu que le parti au pouvoir Zanu-PF de M. Mnangagwa truquait les élections présidentielles et parlementaires. Le président avait dans un premier temps reproché à l’opposant M. Chamisa d’avoir provoqué la violence mais ce jeudi il a adopté un ton plus conciliant.

Cependant, des militaires avec des  canons à eau ont été déployés pour faire face à d’éventuelles autres manifestations. Les résultats des élections législatives ont été publiés plus tôt dans la journée, montrant que Zanu-PF avait obtenu la majorité des deux tiers, ce qui rendait moins probable que M. Chamisa soit déclaré vainqueur du scrutin présidentiel. Les résultats de l’élection présidentielle devraient être publiés d’ici vendredi soir.

Dans une déclaration commune, tous les groupes d’observateurs internationaux au Zimbabwe ont demandé à la commission électorale de publier les résultats rapidement, de manière transparente et responsable. « Nous dénonçons l’usage excessif de la force pour réprimer les manifestations et exhortons la police et l’armée à faire preuve de retenue« , ajoute le communiqué.

Le chef de l’Etat M. Mnangagwa a précisé avoir des discussions avec son opposant, Nelson Chamisa, pour tenter de désamorcer la crise.

Au moins trois personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessées alors que les forces armées se déplaçaient dans les rues mercredi, battant les gens sans discernement et tirant sur des foules de manifestants en fuite. Au moins une femme a été abattu dans le dos.

« C’est un retour aux jours sombres de l’assassinat de milliers de civils dans le Matabeleland« , a déclaré M. Sibanda un porte-parole de M. Chamisa, dans une allusion à un massacre au début des années 1980 dans lequel M. Mnangagwa, ancien chef de la sécurité, était fortement impliqué.