RD Congo : naufrage meurtrier sur le lac Tanganyka

Treize morts et des dizaines de disparus, tel est l’actuel bilan du naufrage d’une embarcation survenu vendredi dernier sur le lac Tanganyika, dans le sud-est en République démocratique du Congo. Les premiers éléments de l’enquête révèlent les origines du drame.

Notre correspondant à Kinshasa

Selon l’inspection maritime, il y a neuf enfants parmi les morts. « Il y avait plus de 100 personnes à bord de cette embarcation de fortune » a déclaré Mbutu Nasibu, inspecteur maritime de Kalemie, ville la plus proche du lieu du naufrage, au bord du lac, à la frontière avec la Tanzanie. De son côté, le commissaire délégué à la navigation de Kalemie, Xavier Kasimbo, a indiqué que 17 passagers avaient été secourus par des pêcheurs peu après le naufrage. Les mêmes sources indiquent que « l’embarcation, une barge en bois surchargée, a coulé à environ 5 kilomètres de Kalemie, peu après avoir quitté ce port », situé à près de 700 km au nord-est de Lubumbashi, capitale de la province du Katanga. La barge effectuait la liaison entre Kalemie et Moba, localité située à environ 150 km plus au sud, au bord du lac Tanganyika.

En cause, la surcharge et une erreur de navigation

«Il y avait 58 noms sur le registre de navigation, mais on sait qu’il y avait beaucoup de « clandestins ». Les conducteurs prennent toujours le plus de passagers possible »», qui payent leur billet mais ne figurent pas sur les registres, a précisé M. Kasimbo. La barge, d’une capacité de 9 tonnes, transportait officiellement «10 bidons de carburant et 20 sacs de farine», mais l’inspection maritime estime que l’embarcation devait transporter beaucoup plus de marchandises. «C’est toujours comme ça. Un bateau ne part que s’il est complètement plein, s’il n’y a plus aucune place pour un bidon ou un passager», a déploré un agent de l’inspection, sous couvert d’anonymat. «On ne saura sans doute jamais combien il y avait de gens à bord», a-t-il ajouté. Les recherches se sont poursuivies mardi, en vain, à la recherche d’éventuels survivants, et devaient reprendre mercredi, selon les autorités maritimes.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’accident serait dû «à une erreur de navigation» du pilote. «Au lieu de prendre directement la direction de Moba, le conducteur a voulu aller récupérer un passager à Kibanga (localité située à 5 km au sud de Kalemie). Il faisait nuit et la barge a heurté une roche. Elle s’est cassée en deux», a expliqué M. Kasimbo. Avant d’ajouter :«c’était la nuit. Beaucoup de gens se sont noyés. Heureusement, les cris ont alerté des pêcheurs, qui sont venus et ont pu récupérer 17 rescapés», a précisé de son côté M. Nasibu. «Les rescapés ont (très vite) fui, une fois à terre», a ajouté l’inspecteur maritime, expliquant que ces passagers irréguliers «avaient peur» d’être interrogés par les services de police sur les circonstances du drame.

Les accidents sont fréquents sur les lacs et rivières de RDC, notamment du fait de la surcharge des embarcations, d’un mauvais balisage des voies navigables et d’erreurs des pilotes, souvent peu formés.