Neuvième étape du Faso : Bousse-Ouahigouya

Après quatre ans de disette et de frustration, Mahamadi Sawadogo, le coureur le plus entreprenant du peloton, a remporté la deuxième victoire de sa carrière sur le Tour du Faso. En plus de son courage et de sa persévérance, Mahamadi a bénéficié de l’aide de son grand frère Abdul Wahab, le tenant du titre, pour faire aboutir l’échappée décisive. Les deux frères ont maintenant une victoire d’étape chacun sur ce Tour 2005, de plus en plus dominé par Jérémie Ouedraogo, débarrassé de la menace de Martinien Tega.

Les premiers kilomètres, parcourus à vive allure, sont d’emblée décourageants pour les attaquants. Gunter Cuylits (BEL), avec Abdoulaye Thiam (SEN) et André Valery (FRA), rejoints par Marcio « Mucanza » Guevara (ANG), tentent tout de même une offensive au kilomètre 7. Comme prévu, la politique de verrouillage appliquée par les Burkinabè condamne ce quatuor peu avant le sprint intermédiaire (km 26), où passent dans l’ordre Sanda (CAM), Tall (BUR) et Marien (BEL).

Sous une chaleur plus assommante encore que d’habitude, et avec un vent de face qui complique la tâche des coureurs les plus entamés, le peloton commence à perdre des coureurs par petites grappes dès le km 30. En quinze kilomètres, la sélection est impitoyable. Le groupe « maillot jaune », d’où s’extraient par moments quelques aventuriers, ne compte plus qu’une trentaine de coureurs. Au deuxième sprint intermédiaire (km 52), les habitués de l’exercice, à savoir le maillot rose Marien, le maillot jaune Ouedraogo et le maillot vert Rouamba, se partagent dans cet ordre les points et les secondes en jeu. Ouedraogo a maintenant 10 » d’avance au général sur le capitaine des Etalons.

La défaillance de Tega

Le « peloton » continue de se réduire sous l’effet du travail des Burkinabè, Gueswende Sawadogo accomplissant un travail d’équipiers remarquable en donnant le tempo en tête. Il reste tout de même quelques courageux pour tenter une attaque. Abdul Wahab Sawadogo, accompagné de Mahamadi Sawadogo, A.Thiam et M.Marcio Guevara, s’échappent au km 80 et prennent rapidement 20 » d’avance. Jugeant la collaboration de leurs collègues un peu timide, les deux frères mettent au point un plan en famille. Abdul Wahab attaque le premier (km 112), Mahamadi le rejoint 4 km plus loin, emmenant tout de même « Mucanza » sur le porte bagage !

A 9 km de la ligne, le trio de tête a 40 » d’avance sur le peloton maillot jaune, où l’on a entre temps appris la défaillance de Tega, 4ème au général au départ de l’étape. Il vient de perdre définitivement le Tour. A 5 km, Mahamadi attaque, avec la bénédiction de son aîné. Au final, le tenant du titre prend la deuxième place pour compléter le tableau de famille.

Copyright Amaury Sport Organisation