« La Libye pourrait être une base pour Al-Qaïda », selon Ali Zeidan

L’ancien Premier ministre Ali Zeidan a mis en garde contre la montée du terrorisme en Libye, qui pourrait devenir une base pour Al-Qaida.

Exilé en Allemagne depuis qu’il a été évincé du gouvernement par le Congrès général national, l’ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan n’a pas gardé sa langue dans sa poche. Dans une interview accordée au journal britannique The Times, lors de sa visite à Londres, pour y rencontrer des hommes politiques britanniques, il a mis en garde, ce mardi, contre des actions de groupes islamistes pour saboter la reconstruction du pays. Selon lui, ces derniers pourraient bien faire de la Libye un havre pour les extrémistes.

Même s’il a fui son pays, craignant pour sa vie, Ali Zeidan, a également affirmé au journal britannique qu’il se préparait à retourner en Libye « peut-être très bientôt », afin d’aider à restaurer l’ordre et repousser la menace extrémiste, deux ans et demi après la mort de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, en 2011. D’après lui, « la Libye pourrait être une base pour Al-Qaïda pour n’importe quelle opération en Italie, en Grande-Bretagne, en France, en Espagne, au Maroc, n’importe où. Les armes sont partout, les munitions sont partout ». « Mon plan est de lutter pour réformer l’Etat, pour stabiliser la situation », a souligné l’ancien Premier ministre libyen.

Pour Ali Zeidan, des groupes comme Al-Qaïda et les Frères musulmans tirent profit des divisions de la société libyenne. « Ces gens ne veulent pas que la Libye ait un gouvernement civil, qu’elle soit un Etat de droit, ils la veulent à l’image de ce qui s’est passé en Afghanistan », estime-t-il. L’ancien Premier ministre libyen qui a gouverné le pays durant 15 mois n’est pas parvenu à neutraliser les milices qui continuent de faire la loi depuis la chute de l’ancien leader libyen. Il a été vivement critiqué puis évincé pour son inefficacité à la tête du gouvernement, notamment face à l’ampleur de l’insécurité qui mine le pays.