Israël et l’Afrique : cascade de rétorsions après la résolution de l’ONU

Le vote par plusieurs pays africains de la résolution de l’ONU condamnant la colonisation par Israël des territoires palestiniens occupés, après la décision des Etats-Unis de ne pas exercer leur droit de veto, entraîne une cascade de rétorsions contre les pays qui ont pris part à cette décision de l’ONU. Analyse par notre confrère Cheikh Dieng des dernières mesures prises contre l’Angola et le Sénégal.

Après le Sénégal, Israël a décidé ce mardi 27 décembre 2016 de suspendre tout programme d’aide destiné à l’Angola, qui a voté ce vendredi une résolution visant à mettre fin à la colonisation juive en « territoires palestiniens occupés »

4 jours après le vote de l’ONU, Israël ne décolère toujours pas. Après avoir rappelé douze ambassadeurs ces 48 heures, Israël s’en prend désormais à l’Angola. Ce mardi, le bureau du Premier ministre israélien annonce que Benjamin Netanyahou se prononcera sur des sanctions qu’Israël infligera à ce pays.

Le Premier ministre israélien devrait annoncer la fin de l’aide au développement destiné à ce pays d’Afrique, grand producteur de pétrole. Cette décision du gouvernement israélien entre dans le cadre d’une politique de représailles contre tous les pays qui ont voté en faveur de la résolution de l’ONU qui appelle à la fin de la colonisation juive sur les « territoires palestiniens occupés ».

« La position du Sénégal doit être saluée »

Cette décision intervient trois jours après l’annonce du gouvernement israélien de mettre fin à tout programme destiné au Sénégal, un autre pays qui a voté en faveur de la résolution 2334. Dépité par le vote du Sénégal, Israël avait immédiatement rappelé son ambassadeur à Dakar pour consultations.

Mais, les sanctions prononcées par Israël à l’encontre du Sénégal sont loin de faire peur à la diplomatie sénégalaise. Le Sénégal défend bec et ongles son vote. « La position du Sénégal doit être saluée. La communauté internationale salue la décision du Sénégal, surtout les nations musulmanes », a souligné Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement.

Il ajoute dans un communiqué : « le Sénégal s’est conformé à sa vision diplomatique. Depuis 1975, le Sénégal a été membre du comité de l’ONU sur l’Exercice des Droits inaliénables du Peuple Palestinien ». Sur la sanction qu’Israël a infligée au Sénégal, Seydou Gueye préfère jouer la carte de la prudence.

« Netanyahou risque d’être isolé »

« Quand le Sénégal sera informé de cette décision, il apportera une réponse », rétorque-t-il, refusant catégoriquement de se prononcer sur le rappel de l’ambassadeur d’Israël à Dakar. (…)

La suite de l’analyse sur notre confrère Le Courrier du Soir.