Indemnité pour perte d’emploi, la bouffée d’air des chômeurs marocains

Bonne nouvelle pour les salariés marocains : la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a donné son accord ce mardi 23 juillet, pour la mise en œuvre d’une indemnité pour la perte d’emploi. Les salariés ayant perdu leur emploi pourront bénéficier d’une aide financière et d’une assistance à la recherche d’emploi.

(De notre correspondante à Rabat)

Votée il y a quelques mois, l’indemnité pour la perte d’emploi est désormais mise en œuvre et sera fonctionnelle sous peu. Le principe est simple : si un salarié perd son emploi de manière involontaire, il pourra alors bénéficier d’une indemnité équivalente à 70% de son salaire moyen des 36 derniers mois, plafonnée à hauteur du SMIG.

En plus de l’indemnité financière, le salarié se verra offrir les services d’assistance d’aide à la recherche d’emploi de l’ANAPEC afin de se replacer sur le marché du travail rapidement. L’ANAPEC aura aussi pour rôle de former ces personnes afin de les qualifier pour d’éventuels postes correspondant à leur profil. L’Etat a débloqué une enveloppe budgétaire de 500 Mdhs, une contribution qui assure un financement pérenne et qui sera réévalué à la fin de la 3ème année de mise en œuvre.

La CGEM préconise une souplesse de l’emploi via cette loi et espère réduire le chômage, en poussant les employeurs frileux à recruter et participer à une meilleure fluidité du marché du travail. Elle montre ainsi, par sa détermination et la défense de ce projet, comment pousser les Marocains vers l’entrepreneuriat, et donc, aide à créer de nouveaux emplois.

Bien que cette mesure vise à faciliter le retour à l’emploi, tout en développant l’employabilité des salariés, certains citoyens restent sceptiques et ont une lecture différente sur cette mesure. Réda l’analyse de la sorte « c’est une opportunité pour beaucoup de chefs d’entreprise de faire le nettoyage dans leurs entreprises et ainsi, ils créeront encore plus de chômage ».