Huitième étape du Faso : Fada N’Gourma – Koupéla

Tour cycliste du Burkina : Jérémie Ouédraogo a impressionné en dominant tous ses poursuivants directs à l’arrivée de cette mini étape de 77 km. Il consolide son maillot jaune, grâce aux bonifications, mais reste à la merci de son compatriote Saïdou Rouamba, du Belge Karen Pattyn et du Camerounais Martinien Tega, qui se tiennent en 21 secondes.

Lors de la huitième étape du Tour du Burkina, Jérémie Ouedraogo a tiré le meilleur parti possible de cette mini-étape de 77 km, où il était illusoire de compter sur de gros écarts à l’arrivée. Le maillot jaune, qui remporte dans un sprint à six échappés sa troisième victoire d’étape sur le Tour, a réussi à bonifier son avantage de quelques secondes sur son premier poursuivant, et surtout sur le Belge Pattyn et le Camerounais Tega, respectivement 3ème et 4ème du classement général à 20 » et 21 » du leader.

Le Burkina explose le peloton

Avec un programme aussi court, il était attendu que les attaquants ne se feraient pas désirer longtemps. C’est un duo nippo-sénégalais qui lance la première offensive au km 2, rapidement réprimée par un peloton mené par les Burkinabés. Une brochette de neuf coureurs, encore à dominante sénégalaise, mais où s’est également incrusté l’inusable Gunter Cuylits (Belgique), se forme en deux temps et prend 15 » d’avance au km 12. Au km 18, il ne sont plus que six, et leur pécule de secondes diminue dangereusement : un kilomètre plus loin, ils réintègrent le peloton.

C’est en force que l’armada burkinabé décide de maltraiter le peloton. En entretenant un rythme élevé, ils font dans un premier temps céder une grosse vingtaine de coureurs (km 47), définitivement lâchés. La démarche collective sert principalement à préparer le premier sprint du jour pour leur leader Jérémie Ouedraogo, mais c’est finalement Marien qui y prend 3 », Roumba 2 » et Keita 1 ». Dans la foulée, un petit groupe se dégage, où hormis les quatre premiers du classement général (Ouedraogo-Rouamba-Tega-Pattyn), on trouve Olivier Keita (Sénégal) et Gueswende Sawdogo (Burkina), qui assure la plus grande partie des relais.

Duel Ouedraogo-Rouamba

Le groupe est assez rigoureux et efficace pour prendre rapidement une trentaine de secondes d’avance et se présenter au deuxième sprint du jour avec cet avantage. Ouedraogo y passe en tête devant Rouamba et Keita. A douze kilomètres de l’arrivée, tous les membres de cette échappée ont intérêt à poursuivre leur effort. C’est un sprint entre l’élite resserrée du Tour qui se prépare à Koupela. On attend la confrontation entre Rouamba, le capitaine historique des Etalons, et Ouedraogo, le champion national en titre. Encore une fois, l’élève dépasse le maître.

Copyright Amaury Sport Organisation