Guerre dans le Kivu (RDC): les victimes témoignent sur internet

Faire entendre la voix des populations meurtries de la guerre du Kivu dans l’Est de la RDC, sur internet. Tel est l’objectif que s’est fixé Médecins sans frontières (MSF) en lançant jeudi dernier le site www.etat-critique.fr. Sous forme de blog des membres des équipes de cette Ong présents sur le terrain, le site fournira des informations sur le Kivu, des témoignages, écrits, sonores ou visuelles, d’habitants du Kivu et des documentaires. Selon l’Onu les affrontements entre les rebelles et les forces gouvernementales ont fait quelque 250 000 déplacés depuis fin août 2008.

Sur une succession de photos en noir et blanc et de vidéos, des déplacés de la guerre racontent leurs histoires. Le film, d’une quinzaine de minutes, de la page d’accueil de www.etat-critique.fr donne le ton du contenu. Un contenu dans lequel ces rescapés (enfants et personnes âgées) parlent de leurs souffrances et de leurs espoirs. Romain Gitenet, chargé de mission de Médecins sans frontières en République démocratique du Congo, est l’un des concepteurs du site. Il travaille en République démocratique du Congo depuis une dizaine d’années.

Afrik.com : Qu’est ce qui a poussé MSF à créer ce site internet ?

Romain Gitenet :
En fait, nous travaillons sur ce site depuis janvier 2008, à une époque où les conflits n’avaient pas encore repris. Nous nous sommes retrouvés face une situation où les populations vivent dans des conditions très déplorables et se retrouvent vulnérables aux maladies, mêmes bénignes. Nous avons été témoins de toutes ces difficultés quand personnes n’en parlaient. Dans les médias, le peu de fois qu’on parlait de la RDC, c’était soit de la Monuc, soit des forces belligérantes. Nous avons voulu à travers ce site attirer l’attention du monde sur la situation humanitaire alarmante dans le Kivu depuis des années. Le hasard du calendrier a fait que son lancement a coïncidé avec une période où les conflits ont repris de manière intense, suscitant un intérêt des médias sur la situation dans cette région du Kivu.

Afrik.com : Comment fonctionne concrètement le site. Qui l’alimente ?

Romain Gitenet :
Au sein des populations déplacées, il y a ceux qui sont dans des camps et ceux qui ont trouvé des abris de fortune dans des écoles ou dans les rues. Pour ces derniers, la situation est souvent plus difficile. Nos équipes qui vont à leur rencontre dans le cadre de leur travail recueillent leurs témoignages qu’elles font diffuser sur le site. Nous n’aurons probablement pas la possibilité d’alimenter quotidiennement le site parce que nous ne disposons pas de moyens logistique pour le faire sur place. Nos équipes transmettront les informations qu’elles réunissent à nos centres basés en France ou dans les pays de la sous-région pour qu’elles soient mises en ligne. L’actualisation du site pourrait être hebdomadaire.

Afrik.com : Qu’attend MSF de ce site, au delà de sa volonté d’attirer l’attention du monde sur la situation humanitaire dans cette région ?

Romain Gitenet :
Si nous arrivions déjà à attirer l’attention d’un maximum de personnes sur la situation humanitaire dans cette région de Kivu, ce serait déjà beaucoup pour nous. C’est l’objectif que nous visons. Nous n’avons pas la prétention de parler au nom des populations déplacées. Nous voulons que les gens puissent réagir aux témoignages. Si par ailleurs, il y en a qui souhaitent faire des dons, ils seront les bienvenus. Mais ce n’est pas notre objectif premier.

Afrik.com : Il n’y a donc aucune volonté de trouver des soutiens financiers par le biais de ce site ?

Romain Gitenet :
Non pas du tout. Si c’était ce que nous voulions faire, nous l’aurions fait sur le site de MSF. Notre objectif est vraiment d’attirer l’attention du monde sur la situation humanitaire dans le Kivu.

Lire aussi:

 RDC : l’aide se fait urgente pour les populations du Nord-Kivu

 Oxfam dénonce l’indifférence face à la crise humanitaire en RDC

 Kinshasa : une situation humanitaire préoccupante après les violences