Gabon : l’UNESCO ouvre un centre de formation en informatique à Tchibanga

Le centre provincial de la Nyanga du programme « Former Ma Génération » de l’UNESCO, implanté dans l’enceinte du Lycée Technique Alexandre Biangue de Tchibanga vient d’ouvrir ses portes. 120 jeunes se sont inscrits à cette première vague qui vient d’être lancée.

Le programme « Former Ma Génération » (en anglais, Train my generation) vise la formation d’environ 5000 jeunes dans le domaine des Technologies de l’information et de la communication (TIC). Il prévoit la création de 13 centres de formation au Gabon dont celui de Tchibanga, qui a ouvert ses portes le 4 décembre 2017 dans la province de la Nyanga. Les formations lancées s’inscrivent dans le cadre de la composante I du Programme TMG : « Initiation à l’outil informatique » comprenant trois niveaux : niveau 1 (notions de base), niveau 2 (notions intermédiaires) et niveau 3 (spécialisation dans un sous domaine des TIC). La durée de la formation est de 5 semaines pour les niveaux 1 et 2, et de 2 mois pour le niveau 3. Mais, seul le niveau 1 est actuellement offert dans le centre de Tchibanga et dans les autres centres de l’intérieur du pays.

Ce centre provincial est aussi bien destiné aux jeunes du département de Mougoutsi où se trouve Tchibanga, qu’à ceux de la Basse-Banio, Douigny, Doutsila, Haute-Banioe et Mongo. Ils y sont tous attendus scolarisés ou non. La seule condition est d’avoir entre 17 à 35 ans.
L’opération a démarré avec une campagne d’enregistrement des jeunes candidats, comme dans tous les 11 autres centres opérationnels actuellement. Puis, les jeunes ont passé les tests pour vérifier dans quel niveau ils doivent commencer les cours.

Le centre de Tchibanga comprend un parc informatique de 20 ordinateurs pour apprenant et offre 6 sessions de formations par cohorte d’où les 120 en cours de formation. Il permettra non seulement de former gratuitement les jeunes de la Nyanga dans l’usage de l’outil informatique mais aussi de bénéficier du soutien scolaire en ligne proposé dans la composante II. A l’instar des autres centres, il permettra à l’UNESCO de contribuer à la réduction du taux d’échec scolaire élevé des jeunes en classes d’examen, dans des matières scientifiques, au niveau local, par l’utilisation des techniques de l’enseignement en ligne (E-Learning).